Des bibliothèques 4e lieu, "incarnations des valeurs de la République"

Antoine Oury - 02.11.2015

Edition - Bibliothèques - Sylvie Robert - rapport bibliothèques - ministère Culture


La mission confiée par le ministère de la Culture à la sénatrice socialiste Sylvie Robert aura été menée tambour battant. 18 préconisations constituent le corps du rapport produit par la sénatrice d'Ille-et-Vilaine, qui l'a centré autour de la temporalité des territoires : ainsi, l’« ouvrir plus » qui avait lancé le débat croise l’« ouvrir mieux », avec un appel à l'adaptation des horaires d'ouverture aux demandes des usagers.

 

Sylvie Robert, sénatrice d'Ille-et-Vilaine (Bretagne) et Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication - Remise du rapport sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques

Sylvie Robert et Fleur Pellerin, au ministère de la Culture (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Le temps est le plus grand facteur d'exclusion dans une société », déclare Sylvie Robert, qui cite les propos d'Edmond Hervé, son prédécesseur au poste de sénateur d'Ille-et-Vilaine. Le sujet n'est pas nouveau, reconnaît la responsable politique, mais son rapport a déjà le mérite d'être « officiel, et rendu visible dans l'espace public », souligne la sénatrice. Autrement dit, la réflexion entre État, collectivités et professionnels s'appuiera largement sur ce travail.

 

Au fil des entretiens, Sylvie Robert a remarqué que la question des bibliothèques, et notamment de leurs horaires d'ouverture, « passionne les élus », mais qu'un « certain nombre de verrous se font jour lorsqu'il s'agit de mettre en pratique ». 

 

Pour lever ces verrous, l'État a d'ores et déjà adopté un certain nombre des préconisations du rapport de Sylvie Robert : « Outre la Nuit des bibliothèques, qui est une excellente nouvelle, la dotation globale de décentralisation (DGD) va faire l'objet d'un amendement gouvernemental déposé aujourd'hui, lequel permettra de dégager une part de fonctionnement pour les collectivités qui veulent ouvrir plus leurs bibliothèques sur des temps atypiques, notamment le dimanche. C'est une petite victoire », se félicite Sylvie Robert auprès d'ActuaLitté.

 

Les bibliothèques existantes, en rénovation ou en construction pourront bénéficier de la DGD à la fois sur des postes d'investissement et de fonctionnement, ou seulement sur de l'investissement, une liberté qui n'était pas permise auparavant. Dans son rapport, Sylvie Robert préconisait également la hausse de la DGD de 80 millions € à 85 millions €, mais cette mesure n'a pas été retenue par le ministère, restrictions budgétaires obligent.

 

Le doublement des subventions des Contrats Territoires Lecture a toutefois été validé, et présenté dans le projet de loi de finances pour 2016, pour un montant total de 2,2 millions €. 

 

La sénatrice a appelé au respect « des conditions de travail des professionnels, aussi bien dans l'organisation que dans la rémunération », pour faire des bibliothèques un « quatrième lieu [référence au 3e lieu, à mi-chemin entre foyer et lieu de travail, NdR], incarnation des valeurs de la République, lieu de diversité, de liberté, mais aussi d'adaptation aux différentes missions qui se font jour ». Pour terminer, Sylvie Robert a appelé de ses vœux une journée de travail en 2016, si possible au Sénat, pour réunir État, collectivités et professionnels et suivre le travail entamé dès 2016.