Des bibliothèques protestent contre les comptes usagers Overdrive

Julien Helmlinger - 17.09.2014

Edition - Bibliothèques - Prêt numérique en bibliothèque - Overdrive - DRM


Readers First, un mouvement visant à promouvoir l'accessibilité au livre numérique en bibliothèques, partenaire de nombreux services de prêt américains, mais aussi du ministère de la Culture français, a adressé une lettre au PDG d'OverDrive, Steve Potash. Par ce courrier le collectif de bibliothécaires dénonce un récent changement, qui demande désormais aux nouveaux usagers de l'application de créer un compte OverDrive avant de pouvoir en bénéficier.

 

 

CC by 2.0 par Justin Baugh 

 

 

Pour le collectif de bibliothécaires militants, cette mesure annoncée dernièrement par mailing, les dépossède de la gestion de leur relation avec leurs communautés de lecteurs, au bénéfice du fournisseur d'ebooks. Or, Readers First estime qu'une pareille condition d'usage n'est pas techniquement inévitable, et qu'elle risquerait d'« éroder la relation que la bibliothèque entretient avec ses usagers ».

 

En effet, celle-ci constituerait surtout une opportunité marketing pour la société OverDrive et non une garantie de meilleur fonctionnement. Sans oublier de souligner qu'elle vise le stockage de données personnelles. Une préoccupation pour le professionnel désireux de protéger les lecteurs, et qui fait écho à d'autres initiatives de bibliothécaires visant à protéger la vie privée des usagers. 

 

L'appréciable nouvelle, toutefois, avec ce nouveau système, c'est que les utilisateurs des services de prêts fournis par OverDrive n'ont plus besoin de se créer un compte Adobe pour lire les DRM, ce qui pouvait constituer une source de fuites de données personnelles, comme nous l'avions vu notamment l'an dernier.

 

Le directeur des technologies de l'information au sein de la Seattle Public Library, Jim Loter, a décrit ce mouvement comme « un pas dans la mauvaise direction », qui pourrait servir davantage « à cimenter la relation de nos clients avec le service d'OverDrive plutôt que leur bibliothèque locale ». Il précise néanmoins aux membres que Potash se sent concerné par la plainte et ne tardera pas à y répondre.

 

La même question se pose dans le cadre du programme de Prêt numérique en bibliothèques (PNB) porté par le ministère de la Culture français, qui nécessite l'installation d'Adobe Digital Reader pour lire les DRM. Comme si le service public se destinait à devenir simple promoteur des produits du secteur privé.