Des chercheurs ont trouvé pourquoi les romans Le Trône de fer sont si bons

Antoine Oury - 06.11.2020

Edition - International - game of thrones - trone fer grr martin - structure narrative


La littérature n'est qu'une histoire d'équilibre, de savants dosages et de délicats mélanges. Des chercheurs de plusieurs universités britanniques se sont penchés sur les romans de la saga Le Trône de Fer, de G.R.R. Martin, à l'origine de la célèbre série Game of Thrones, pour tenter d'en comprendre le succès. A Song of Ice and Fire, en version originale, révèle quelques secrets en matière d'écriture...

Tapisserie Game of Thrones


Thomas Gessey-Jones, Colm Connaughton, Robin Dunbar, Ralph Kenna, Pádraig MacCarron, Cathal O’Conchobhair et Joseph Yose se sont lancés dans une étude particulièrement détaillée des cinq premiers ouvrages de la saga Le Trône de Fer de George R.R. Martin. Pour commencer, l'équipe a relevé l'ensemble des interactions entre les personnages, ainsi que les moments où un personnage trouvait la mort.

Ensuite, en s'appuyant sur un calendrier de Westeros et de ses événements marquants créé par les fans de la saga littéraire, ils ont inscrit le récit de la saga dans une certaine temporalité. « Les événements qui ouvrent A Game of Thrones ont lieu le 22 avril de l'année 297 et les événements à la fin de A Dance with Dragons ont lieu le 8 février de l'année 300 », indiquent les chercheurs.

Ils se trouvent ainsi en possession de deux organisations des données : l'une proposant les événements placés dans une chronologie, et l'autre les présentant dans la narration de Martin.

Progressant dans leur étude du texte, les chercheurs ont relevé 24 points de vue de personnages différents dans Le Trône de Fer, dont 14 points de vue « majeurs », qui n'empêchent d'ailleurs pas les personnages en question de trouver une mort violente au détour d'une page...

Premier point fort de la saga, le nombre de ces personnages. Malgré un total particulièrement élevé (autour de 2000 personnages), G.R.R. Martin a su équilibrer le nombre de personnages présents par chapitre, autour de 35. Un chiffre particulièrement important, soulignent les chercheurs, identifié comme la valeur d'un sous-groupe stable dans une organisation sociale, ou encore comme le nombre moyen de personnages par pièce de Shakespeare.
 
Autre réussite remarquable : si le nombre d'interactions est lui aussi très élevé dans les romans de Martin, l'auteur a su en conserver les occurrences à un niveau acceptable pour les capacités cognitives d'un lecteur moyen.

Enfin, l'un des aspects les plus marquants de la saga, la mort des personnages à des moments inattendus, ne serait en réalité pas vraiment le fruit du hasard. Les chercheurs ont en effet comparé ces morts dans le récit aux mêmes morts, lorsqu'elles sont replacées dans la chronologie, découvrant que leurs occurrences n'étaient pas surprenantes. C'est plutôt la manière dont Martin les organise dans le récit qui parvient à étonner les lecteurs...

L'intégralité de l'étude est accessible à cette adresse, en anglais.

Dossier : Game of Thrones, la série de la décennie, d'après les livres de G.R.R. Martin

Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
C'est toujours pareil : on explique toujours a posteriori pourquoi un roman est bien fichu, mais on n'est toujours pas capable de proposer une recette a priori...

D'une certaine façon, c'est malheureux, car ça nous éviterait 95Þ la production d'aujourd'hui. D'une autre, c'est heureux, car la vraie recette tient avant tout dans le talent. Autant le talent peut (et doit !) se travailler, autant il ne s'acquiert pas.
Une écriture sincère et non ampoulée, l'envie d'offrir une histoire qui tient la route à des lecteurs et le bonheur d'écrire, voilà la base d'un bon roman à mon sens. Sans oublier l'indispensable "touche" de l'auteur qui donne son caractère unique à chaque ouvrage. Heureusement, aucune recette existe, on s'ennuierait tellement.
Pour ma part, je dirais que dans l'écriture tout est permis. Cependant, certains styles d'histoires suivent sensiblement les mêmes « patterns » qui ont fait leurs preuves avec des succès comme Harry Potter !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.