Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Des correspondances entre Agatha Christie et son éditeur dévoilées

Bouder Robin - 14.07.2017

Edition - Société - lettres agatha christie - exposition agatha christie - exposition harpercollins


Tout le monde connaît Agatha Christie, l'auteure, celle qui donna du fil à retordre aux amateurs de polar du monde entier à travers ses enquêtes alambiquées aux twists toujours improbables. Mais on connaît moins la femme derrière la plume, au fort tempérament, qui entretint avec son éditeur une amitié des plus solides 50 ans durant. Fin juillet, HarperCollins lèvera le voile sur cette relation ainsi que la vie cachée de l'auteure à travers une exposition en Grande-Bretagne, pour les 200 ans de la maison d'édition.

 

Agatha3.jpg

Agatha Christie (Domaine public)

 

 

L'histoire commence en 1926, alors qu'Agatha Christie et William – dit Billy pour les intimes – Collins se rencontrent ; il la convainc de travailler avec lui et en 1926 paraît le livre qui redéfinira le roman policier : Le Meurtre de Roger Ackroyd. Leur relation professionnelle se transformera en une amitié qui durera une cinquantaine d'années, jusqu'à la mort de l'auteure. Aujourd'hui, ce sont les dessous de cette relation qui sont dévoilés au grand public à travers une exposition revenant sur la carrière de Christie, pour les 200 ans d'existence de HarperCollins.

 

90 ans après le début de cette fructueuse collaboration, HarperCollins édite toujours les enquêtes de Hercule Poirot et Miss Marple, et possède dans ses archives à Glasgow bon nombre de documents qui seront présentés lors de l'exposition. Les fans pourront ainsi découvrir photos et lettres échangées au fil des années entre l'écrivaine et l'ancien directeur de la maison d'édition, traitant de design de couvertures, des histoires de Christie et de plannings de publication.

 

Certaines lettres des plus touchantes seront montrées au public, comme le message d'adieu de Collins à Agatha Christie à la mort de l'auteure en 1976, et 6 mois avant son propre décès ; d'autres, un peu plus virulentes : les fans seront amusés – ou choqués – d'apprendre que l'auteure avait également ses accès de colère, elle qui envoya entre autres en 1967 une lettre exprimant toute sa rage après qu'elle eut vu certains de ses livres en librairie, alors qu'elle n'avait pas été informée de leur publication.

 

En revanche, il ne faut pas s'attendre à se voir révéler d'informations quant à la disparition mystérieuse de l'auteure de Dix petits nègres en 1926, qui avait fait les premiers titres des tabloids et dont nul ne connaît véritablement les causes aujourd'hui encore. Il faut croire que le mystère restera entier : « Ces détails très personnels n'apparaissent pas dans les correspondances, et on n'en a parlé que pendant un temps très court : une semaine », déclare David Brawn, éditeur chez HarperCollins, à ce sujet.

 

HarperCollins, qui continue de travailler avec les héritiers de l'auteure, se réjouit de montrer les dessous de la vie d'Agatha Christie à travers des documents authentiques à des lecteurs toujours plus nombreux.
 

Agatha Christie règne sur le Polar, et dans le coeur des lecteurs


« Seuls la Bible et Shakespeare se vendent plus qu'Agatha Christie aujourd'hui, et la communauté de ses fans continue de grandir, tout comme la curiosité de nombreux lecteurs vis-à-vis d'un auteur qui a réussi à définir tout un genre », explique David Brawn. « Nous avons fouillé dans nos archives afin de recréer la vie secrète absolument fascinante d'Agatha Christie, qui attirera sans aucun doute l'attention des fans de polar. »
 

Des formules mathématiques dévoilent les meurtriers d'Agatha Christie 


L'exposition se tiendra tout d'abord lors du Theakston Old Peculier Crime Writing Festival, à Harrogate (Grande-Bretagne), du 20 au 23 juillet, avant de s'installer de façon permanente dans l'ancienne résidence d'été de l'auteure à Devon, Greenway Estate, qui appartient à la National Trust aujourd'hui. Un rendez-vous à prendre, si vous voulez percer les secrets d'Agatha Christie sans avoir à faire marcher vos petites cellules grises.
 


Via The Guardian

Black Coffee – Agatha Christie, trad. Jean-Michel Alamagny et Charles Osborne – Editions du Masque – 9782702448441 – 5,60 €