Des donateurs se retournent contre un projet Kickstarter frauduleux

Antoine Oury - 05.05.2014

Edition - Justice - Kickstarter - Altius - jeu de cartes


Contribuer à un projet de financement participatif deviendrait-il un pari à risque ? Si les cas sont encore rares, plusieurs initiatives ont pu décevoir des investisseurs avec une absence de retours, malgré des paliers atteints. Le procureur général de Washington a intenté une action en justice contre Altius et un entrepreneur, suite à une campagne de collecte pour la création d'un jeu de cartes, jamais honorée.

 


 

 

Pour protéger le consommateur, l'État de Washington a pris l'initiative d'intenter un procès à Altius et Edward J. Polchlepek III, tous deux à l'origine de ce projet de crowdfunding jamais honoré. De plus, les contributeurs déçus n'ont jamais pu obtenir de remboursement, et puisque Kickstarter décline toute responsabilité en cas d'arnaque...

 

C'est une grande première, pas forcément réjouissante, pour le financement participatif : 810 contributeurs sont concernés, qui avaient versé au pot commun plus de 25.000 $. Triste ironie, l'objectif de financement avait alors été pulvérisé, avec 15. 000 $ supplémentaires par rapport à la demande initiale.

 

« Les consommateurs doivent être conscients que le financement participatif n'est pas sans risque. Le procès envoie un message fort aux individus qui convoitent l'argent du public : l'État de Washington ne tolérera aucune extorsion », a souligné Bob Ferguson, le procureur général. Il réclame à Altius et Edward J. Polchlepek III le remboursement intégral des dons, mais aussi 2000 $ de dommages et intérêts, ainsi que le dédommagement pour les frais de justice. Au total, une somme de 1,6 million pourrait être versée aux plaignants.

 

 

  State of Washington vs. Asylum 5/1/2014