Les manuscrits de Franz Kafka reviennent à la bibliothèque nationale d'Israël

Julie Torterolo - 02.07.2015

Edition - International - manuscrits Franz Kafka - bibliothèque nationale d'Israël - Justice


Une collection de manuscrits écrits par Franz Kafka est désormais la propriété de la Bibliothèque nationale d’Israël. Les juges de la Cour de district de Tel-Aviv ont mis fin lundi à une longue procédure judiciaire. Les trois juges israéliens ont rejeté l’appel d’Éva Hoffe, héritière des écrits, l’accusant de détenir illégalement cet héritage littéraire et de l’avoir traité indignement. 

 

Franz Kafka

( CHRISTIAAN TONNIS, CC BY-SA 2.0)

 

L'écrivain Franz Kafka demande à son ami, Max Brod, de brûler tous les écrits après sa mort, survenue en 1924. Le léguataire ne le fait pas et les conserve soigneusement. Max Brod immigre alors en Palestine avec les manuscrits, qui ne le quittent jamais. Avant sa mort, l’homme décide de les léguer à sa secrétaire, Esther Hoffe. Il lui donne néanmoins des directives bien précises, qu’il rapporte dans un testament : Mme Hoffe doit léguer les écrits de Kafka à « l’Université hébraïque de Jérusalem, à la bibliothèque municipale de Tel-Aviv ou à une autre institution en Israël ou à l’étranger », selon RTBF. La volonté du défunt n’est pas exécutée par Mme Hoffe, qui conserve précieusement les écrits dans des coffres à la banque tout au long de sa vie. À son décès, ils deviennent l’héritage de ses deux filles.

 

Les manuscrits passant de mains en mains, le litige portait sur la propriété de ces documents, d’une grande valeur. Éva Hoffe et sa sœur Ruth Wiesler ont revendiqué le droit de disposer de leur propriété comme elles le souhaitaient. Elles ont vendu aux enchères une partie des écrits et une autre aux archives littéraires allemandes de Marbach. Une position très largement critiquée par la Cour. Selon le quotidien israélien Haaretz, les juges ont accusé Esther Hoff d’avoir causé « une injustice inacceptable due à la manière dont elle avait géré ce bien littéraire ». La position des deux sœurs était, sans surprise, soutenue par l’Institut national allemand, qui revendique le droit d’acheter cet héritage culturel. 

 

Éva Hoffe avait interjeté appel d’une décision d’octobre 2012 du Tribunal de la famille de Tel-Aviv lui ordonnant de remettre les documents à la bibliothèque nationale d’Israël, située à Jérusalem. Une décision qui a été suivie par les juges ce lundi. 

 

« En ce qui concerne Kafka, est-ce que la mise aux enchères aux plus offrants de ses écrits personnels, pour lesquels il avait ordonné la destruction, par la secrétaire d’un ami ou par les filles de celle-ci, est en accord avec la justice ? Je pense que la réponse est claire » aurait écrit les juges selon Haaretz. 


Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : litterature...
Total pages :
Traducteur : claude david
ISBN : 9782070414376

La métamorphose

de Franz Kafka

La Métamorphose révèle une vérité méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. Le récit qui porte ce titre est un des plus pathétiques et des plus violents que Kafka ait écrits ; les effets en sont soulignés à l'encre rouge, les péripéties ébranlent les nerfs du lecteur. C'est l'histoire, « excessivement répugnante », dit l'auteur, d'un homme qui se réveille changé en cancrelat. Cette transformation est un châtiment imaginaire que Kafka s'inflige. Et son personnage est celui qui ne peut plus aimer

J'achète ce livre grand format à 2.50 €