Des écrivains appellent Penguin à contester la censure en Inde

Julien Helmlinger - 24.02.2014

Edition - International - Penguin - Inde - Censure


La maison d'édition Penguin, après avoir été condamnée en Inde à retirer du commerce le titre The Hindus, de Wendy Doniger, est désormais appelée à plus de combativité par un groupe d'éminents auteurs et historiens. Par le biais d'une pétition, les militants exhortent l'éditeur à contester la sentence, et saisir une juridiction supérieure afin de soutenir la liberté d'expression. En quelques jours, ils ont rassemblé plus de 3000 signataires.

 

 

 

 

Malgré 4 ans de procédure et considérant les menaces de représailles, Penguin India renonçait dernièrement à défendre l'ouvrage de l'historienne Wendy Doniger, dont le livre a été condamné par la justice locale, jugé de nature à heurter les croyances de millions d'hindouistes. Une victoire pour les plaignants, groupes religieux et nationalistes, mais l'abdication a rapidement été déplorée par le PEN et autres représentants de la communauté littéraire.

 

L'auteure de l'ouvrage, qui fait les frais d'un douteux article du Code pénal local, a remercié son éditeur d'avoir défendu son livre, et ce, même si ce fut en vain. Mais d'autres écrivains publiés par la maison d'édition ne l'entendent pas de cette oreille. Ainsi, la semaine passée, certains auteurs réclamaient symboliquement la rupture de leurs propres contrats d'édition, en arguant que le fait de s'être incliné face à la censure constituerait une violation du droit d'auteur.

 

La pétition qui vient désormais s'ajouter à la grogne, a été impulsée par 9 auteurs au rang desquels Ashis Nandy et Romila Thapar. Elle formule deux requêtes, demandant en premier lieu à l'éditeur de rejeter la dernière condamnation et saisir une juridiction supérieure, « afin de veiller à ce qu'un fort précédent défendant la liberté d'expression soit établi ».

 

En outre, la pétition réclame également à ce que les « législateurs, juristes et autre bureaucratie juridique entreprennent une révision des articles du Code pénal indien en vertu duquel le procès a été intenté, de manière à protéger les œuvres de mérite académique et artistique de poursuites intéressées, malveillantes et frivoles ».

 

Ce dimanche, par le biais d'un communiqué, le groupe pétitionnaire annonçait avoir récolté près de 3500 signatures en 10 jours, qu'il s'agisse de spécialistes, écrivains, journalistes, éditeurs du monde entier, y compris plusieurs auteurs Penguin. En précisant : « Nous allons aujourd'hui faire suivre la pétition, avec toutes les signatures recueillies à ce jour, à la direction de Penguin India et aux autorités compétentes au sein du gouvernement indien. »

 

(via The Financial Express)