Des écrivains français défendent De Gaulle : ils ne vous ont pas compris

Clément Solym - 04.06.2010

Edition - Société - defendre - gaulle - programme


La pétition lancée sur le site Les Lettres Volées se faisait connaître amplement hier - et n'a pas tardé à susciter la colère d'écrivains français. Une opposition entre les enseignants de Lettres réunis et les auteurs français, accompagnés de quelques figures de la vie littéraire, en perspective ? Mieux que ça.

Oh, il ne faut pas tous les mettre dans le même panier, ces auteurs qui soudain opèrent une levée de boucliers face aux protestations de ces professeurs : « Proposer de Gaulle aux élèves est tout bonnement une négation de notre discipline. Nul ne songe à discuter l'importance historique de l'écrit de De Gaulle : la valeur du témoignage est à proportion de celle du témoin. Mais enfin, de quoi parlons-nous ? De littérature ou d'histoire ? », interrogent-ils.

Et pour leur répondre, des Max Gallo, des Pierre Assouline, un Franz-Olivier Giesbert et même des Bernard Pivot ou un Michel Audiard... Pas vraiment des figures majeures de la littérature contemporaine - ni des auteurs qui auraient moins de 60 ans. Attention : il ne s'agit pas de racisme anti-vieux. Encore que. Simplement, les défenseurs du général et de ses écrits pour le bac littéraire ne comptent pas dans leurs rangs des Foenkinos, des Nothomb ni des Beigbeder.

L'arrière-garde meurt mais ne se rend pas

Alors, oui, Max Gallo a raison de rappeler que « le général de Gaulle fait partie des plus grands mémorialistes de notre histoire au même titre que le cardinal de Retz ou Saint-Simon ». Il est même possible que les protestataires n'aient pas lu Les Mémoires du général. Et l'Académicien d'ajouter : « Il a brossé dans son oeuvre des tableaux qui sont depuis longtemps entrés dans la littérature française. »

Mais on sent que la défense des écrits du général s'ancre désormais dans une querelle quasi des Anciens et des Modernes. Pour Assouline, même son de cloche : « De Gaulle est un écrivain. Et l'un des plus grands. C'est un monument. Personne n'a protesté quand Churchill a reçu le Nobel de littérature en 1953. Et pourtant, il a écrit ses Mémoires avec un atelier de 50 nègres ! »

Une polémique purement française ? Ou plus largement, des enseignants qui pointent indirectement que l'on pourrait trouver toute autre chose à étudier ? La matière littéraire dans les textes du général est-elle si forte que l'on se sente le besoin de l'intégrer au programme ? Pourquoi ne pas lui privilégier du Louis Ferdinand Céline dans ce cas ?

De Gaulle... on n'avait vraiment rien d'autre ?

En fait, se profile derrière les interventions de ces âmes bien nées et fort bien intentionnées, un enjeu plus grand : relire les Mémoires d'outre-tombe et placer celles de De Gaulle à côté est peut-être un poil délicat.

Et attribue peut-être au brave général un style, une verve et des qualités littéraires que l'on est en droit de contester... Après tout, n'est-ce pas aussi là le rôle d'un professeur de Lettres, que d'interroger la pertinence littéraire d'un auteur ? Et non l'apanage des auteurs que de pouvoir encenser l'un des leurs. D'autant que, prendre la défense du général, c'est plutôt bien vu, non ?

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.