Des espaces culturels Fnac dans deux magasins Intermarché

Clément Solym - 23.09.2014

Edition - Economie - Fnac livres - intermarché - espaces culturels


L'implantation de l'enseigne Fnac dans des supermarchés n'est pas neuve : en février 2008 s'arrêtait un partenariat entamé avec les enseignes Système U. Mais pas question de rester sur de mauvaises aventures : Fnac signe désormais avec Intermarché, pour équiper deux magasins de l'enseigne en offre culturelle. Deux premiers établissements serviront de pilotes, et 15 autres espaces sont au cœur de discussions.

 

 

Alexandre Bompard - Prix du Roman Fnac 2014

Alexandre Bompard - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C'est à Belleville-sur-Saône (Rhône) et Crest (Drôme), que Fnac va donc poser ses valises. Dans un communiqué, la société explique que les « deux ouvertures interviennent dans le cadre de discussions ouvertes entre la Fnac et la Direction et les indépendants d'Intermarché ». Les inaugurations se feront les 23 octobre et le 6 novembre, respectivement. Or, il existe 15 autres espaces Culture et Loisirs, au sein de l'enseigne Intermarché, dont la Fnac aimerait s'occuper.

 

Cette démarche s'inscrit dans le projet d'Alexandre Bompard, le PDG, qui a initié à son arrivée Fnac 2015, un plan quinquennal visant à transformer la marque Fnac en une déclinaison de boutiques de proximité, avec des superficies de 300 à 1500 m2 maximum. Bien loin, donc, des grandes superficies déployées dans les boutiques phares. Ce « concept des magasins de proximité permet à la Fnac de renforcer sa présence sur le territoire en s'installant dans les petites et moyennes villes, là où elle n'était pas présente jusqu'alors ».

 

Ce développement est également une solution pour reprendre des parts de marché aux espaces culturels Leclerc, qui ont pris l'habitude de se développer dans des zones périphériques des grandes villes. Et bien entendu, les Mousquetaires se positionnent également en concurrents directs aux centres Leclerc. Chose d'autant plus importante que Leclerc est actuellement entré dans une phase de rénovation de plusieurs espaces culturels, avec une grande campagne de modernisation. Et surtout, revendique la place de deuxième vendeur de produits culturels... derrière la Fnac. 

 

L'ouverture de magasins se combine alors à une politique plus globale, nous expliquait Alexandre Bompard. Plusieurs actions spécifiques sont engagées dans « le combat pour la diversité, le combat pour l'accessibilité, le renforcement de l'attractivité et du lien entre nos magasins et Fnac.com. » Une stratégie multicanal, qui « représente un véritable atout, face aux concurrents pure players ». Autrement dit, savoir cumuler les espaces physiques, et le site Internet.

 

De l'autre côté, les résultats du premier semestre 2014, chez Fnac, n'étaient pas reluisants : l'enseigne se voulait rassurante pour ne pas masquer les pertes, mais le chiffre d'affaires était en baisse de 5,2 % en regard de 2013, sur la même période. Et les pertes nettes passaient de 37 millions € contre 31 millions € l'année d'avant. 

 

Peut-être que les Mousquetaires connaîtront une meilleure réussite que le Culture U & Fnac.com qui avait donc démarré en 2007, avant de s'arrêter, quelques mois plus tard. D'ici à la fin de l'année, sept nouvelles ouvertures interviendront – y compris les deux citées – en France et à l'étranger (3 au Portugal). On comptera alors 184 boutiques Fnac, dont 112 en France.