Des jeunes considérés comme adultes - mais des lectures à surveiller

Lauren Muyumba - 11.05.2013

Edition - International - Clark University - Compass Book Ratings - Notation


L'idée défendue est de créer un système de notation, comme à la télévision : avec la motion « déconseillé au moins de 16 ans » ou « recommandé au plus de 12 ans » par exemple. Une manière d'informer les parents sur les contenus des livres. Vocabulaire, mots profanes, descriptions de scènes sexuelles font déjà partie des critères de notation du site internet Compass Book Ratings. Le message est clair : « Les films sont classés, pourquoi pas les livres ? ». On peut également lire sur la première page du site « Tellement de livres, et si peu de temps... ».

 

 

I Miss Playing in the Sand

Comment ça, déconseillé pour mon jeune âge ?

Keoni Cabral (CC BY 2.0)

 


Les parents n'auraient pas le temps de vérifier les lectures de leurs enfants pour savoir si elles sont bonnes et enrichissantes... ou pas. Avec les milliers de livres sortant chaque année, ce n'est pas étonnant. Certains enfants sont déjà des lecteurs assidus et dévorent deux ou trois livres par semaine.


Sarah Coyne est professeure à l'université Brigham Young et a passé en revue les 40 livres qui ont le plus de succès auprès des enfants, d'après la liste du New York Times de 2008. Un chercheur avait rapporté y avoir trouvé plus de 1500 mots profanes.


Le site Compass Book Ratings met en ligne des commentaires avec des recommandations dédiées aux parents selon l'âge de leurs enfants. L'organisation regroupe 16 examinateurs qui notent les livres sur une échelle de 1 à 10, selon des critères de violence, de blasphème et de contenu à caractère sexuel.


Mais l'American Library Association n'est pas d'accord avec l'idée d'une notation de ce genre figurant sur la première page de couverture des livres. Le directeur, Beth Yoke, explique dans un rapport que ce type de classement serait de la censure.

 

Paradoxe : les jeunes sont adultes


Selon une étude réalisée aux États-Unis, 52 % des parents interrogés disent considérer leurs enfants comme des adultes. En revanche, les avis sont quasiment unanimes pour confirmer la tendance générale des jeunes adultes à mettre du temps pour devenir réellement matures.


D'après Linda Gordon, qui a coécrit deux livres à propos des relations parents/enfants, cette contradiction est liée aux nombreux rapports négatifs véhiculés par les médias au sujet de la lenteur du développement des enfants. Par exemple, le nouveau livre When Will My Grown-up Kid Grow Up? de Jeffrey Jensen Arnett décrit le phénomène "adulescents", ces jeunes adultes qui sont encore entre deux mondes, celui des adultes et de l'adolescence.


Le sondage national, réalisé par Jeffrey Jensen Arnett lui-même (professeur de recherche en psychologie à l'Université Clark) auprès de 1029 parents dont les enfants ont entre 18 et 29 ans, révèle que 63 % d'entre eux ont une image très positive de leurs enfants.

 

L'enquête montre aussi que 56 % des parents communiquent beaucoup avec leurs enfants. Si la relation avec les enfants est basée sur la confiance comme le montre ce sondage, dans ce cas, pourquoi vouloir surveiller leurs lectures d'aussi près ? 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.