Des libraires attaquent des éditeurs de manuels scolaires, accusés de tuer l'occasion

Antoine Oury - 27.01.2020

Edition - Justice - libraires editeurs scolaires - occasion manuels scolaires - pearson class action


Véritable problème de société, le prix des manuels scolaires imprimés, aux États-Unis, a partiellement trouvé sa solution dans le développement d'ouvrages numériques, moins coûteux pour les étudiants. Mais un groupe de libraires indépendants dénonce une opération commerciale et vise plusieurs éditeurs dans une action en justice : les formules numériques chercheraient à éliminer le marché de l'occasion, pour mieux contrôler les prix.

Textbooks
(photo d'illustration, Rob Wall, CC BY 2.0)


Déposés devant une cour du Delaware, État de l'est des États-Unis, le 23 janvier dernier, les documents remplis par un groupe de libraires indépendants n'empruntent pas quatre chemins : selon la plainte, les offres de manuels numériques n'auraient qu'un objectif, mettre un terme au marché d'occasion, à l'existence d'ouvrages de seconde main et ainsi à tarir une concurrence pour mieux fixer les prix.

« Ils [les éditeurs de manuels scolaires, NdR] font passer leurs actions anticoncurrentielles pour des progrès technologiques, mais ce ne sont pas leur véritable objectif, ni leurs effets. Le but de la manœuvre est de supprimer la compétition et ainsi d'augmenter les prix », dénoncent les plaignants.

Les éditeurs sont les premiers visés, et cités, dans le document, dont McGraw-Hill, Pearson et Cengage, les trois acteurs majeurs du secteur scolaire aux États-Unis, mais certains revendeurs sont eux aussi pointés du doigt, comme Barnes & Noble et Follett. L'association des éditeurs scolaires fait elle aussi partie des entités citées par la plainte, avec de forts soupçons de collusion qui pèsent sur l'organisation professionnelle...

La plainte pourrait se changer en class action si la cour du Delaware la juge suffisamment crédible : dans ce cas, d'autres plaignants pourraient se joindre à l'action en justice, pour obtenir réparation eux aussi en cas de jugement favorable à leur cause.

Les libraires indépendants visent en particulier une formule mise en place alors que l'irruption d'Amazon sur le marché et les achats de manuels d'occasion tiraient les prix vers le bas. Les éditeurs visés ont initié une formule, intitulée « Inclusive Access », qui accorde l'accès à des cours en ligne, en location, par l'intermédiaire des services des revendeurs Barnes & Noble et Follett et de ces deux enseignes uniquement.
 
La solution aux prix élevés des manuels scolaires laisserait donc les libraires d'occasion sur la touche, et volontairement, d'après eux. « Chaque étudiant d'un lycée ou d'une université doit acheter le matériel de cours dans un format unique — “Inclusive Access” — auprès d'une seule source — les revendeurs cités par la plainte — choisie par un seul groupe — les éditeurs », indique la plainte.

Les éditeurs n'ont pas réagi à la possible class action, à l'exception de Pearson, qui assure que le modèle « bénéficie » aux élèves, professeurs et institutions.

via Bloomberg Law


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.