Des libraires indépendants entre inquiétudes et passion

Clément Solym - 23.10.2012

Edition - Librairies - Librairies - Indépendants - Assises


En pleine saison littéraire, tandis qu'à Toulon se tiennent ces lundi et mardi les Assises régionales de la librairie indépendante de la région Paca (voir notre actualitté), les acteurs de l'évènement ont fait part de leurs premières impressions. L'AFP rapporte que les libraires ont évoqué leurs inquiétudes face à leurs difficultés économiques, mais également leur passion pour un métier qu'ils entendent protéger face à l'essor de la vente de livres sur internet.

 

 

 

 

Un marché en situation d'effritement

 

Selon une étude de l'institut Xerfi, datant de 2010 : « Le chiffre d'affaire des librairies indépendantes a reculé de 5,4 % entre 2003 et 2010 avec un net décrochage au cours des deux derniers exercices. [...] Dans les plus petites structures, la situation est devenue critique au point que c'est la rémunération des dirigeants qui fait régulièrement figure de variable d'ajustement pour équilibrer les comptes. »

 

Dans la région Paca, les professionnels du secteur voient la situation empirer depuis cette enquête. Le premier constat partagé par l'ensemble des participants, qu'ils soient issus des grandes agglomérations comme des campagnes, concerne la faiblesse de la rentabilité des boutiques, de longues heures de travail ainsi qu'un avenir incertain.

 

 

Des libraires face  des difficultés quotidiennes

 

Nadia Champesne, présidente de l'association Librairies du Sud et co-organisatrice de la rencontre, a déclaré : « On travaille 60 heures par semaine, sans compter les heures de lecture, pour un salaire de misère, et on est obligés de payer nos collaborateurs au lance-pierre. »

 

Aujourd'hui en France, plus de 10 % des ventes de livres se font via internet. Avec des délais de commandes supérieurs dans les librairies physiques, la concurrence en ligne est rude. De plus, certains éditeurs envoient les ouvrages de plus en plus tôt aux libraires, « se faisant de la trésorerie sur notre dos » explique Marianne Ferrer de la librairie Le grenier d'abondance, basée à Salon-de-Provence.

 

 

Quelques perspectives plus optimistes

 

Toutefois, il subsisterait un espoir pour les libraires indépendants, la spécialisation. De petites boutiques spécialisées, en BD, littérature jeunesse ou autre, figurent en effet au premier plan de ceux qui résistent face aux hypermarchés et autres grandes surfaces.

 

Le président du syndicat des libraires indépendants, Matthieu Montchalin, a précisé : « En France, on a le réseau de librairies par habitant le plus dense au monde avec l'Allemagne. La librairie indépendante souffre, mais c'est le secteur de distribution de livres, par internet, qui résiste le mieux à l'effritement du marché. »

 

De premières propositions ont émergé de ces Assises, pour venir en aide aux libraires. Parmi lesquelles : la création d'un fonds d'aide  la librairie ainsi qu'une mutualisation des efforts des libraires  l'échelle régionale, notamment pour négocier des remises auprès des éditeurs, en regroupant des commandes. Le retour à la TVA sur le livre à 5,5 %, au 1er janvier 2013, est également attendu avec impatience.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.