Des livres pour tous : de nouvelles aides pour les bibliothèques en France

Nicolas Gary - 06.02.2019

Edition - Bibliothèques - handicap bibliothèques publcis - soutiens CNL bibliothèques - lecture accessibilité livres


Le rapport d’Érik Orsenna sur l’amélioration des horaires d’ouverture des bibliothèques contenait un volet spécifique sur l’accessibilité, et les multiples publics dits empêchés. Le Centre national du livre avait déjà développé des dispositifs d’aides pour les établissements engagés sur cette voie. Désormais, une nouvelle orientation se dessine. 

Ouverture des bibliothèques
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Que l’on parle de personnes souffrant de handicap, hospitalisées, ou de détenus, l’accès au livre, comme le soulignait le rapport, passe par une amélioration de l’offre. Le conseil d’administration du CNL avait adopté le 29 novembre dernier une réforme du dispositif d’aides au bibliothèques allant dans ce sens.
 

Ouvrir plus, ouvrir mieux


La « Subvention au développement de la lecture », nomenclature qui remplace « Subvention pour la diffusion du livre en bibliothèque », entend répondre aux différentes propositions du rapport Orsenna. « Ainsi, l’aide au développement se concentre sur des projets à destination des publics empêchés, définis comme personnes en situation de handicap, sous main de justice, hospitalisées ou en perte d’autonomie », indique le CNL. 

Révisant son dispositif d’aides, le Centre se veut en cohérence avec le Plan bibliothèque et la perspective récemment rappelée par le ministre de la Culture d’ouvrir plus et mieux

Dans cette perspective, Franck Riester avait fait part de sa volonté d’aider les bibliothèques à se numériser « plus largement et plus rapidement ». Mais également d'en faire des espaces « d’aide aux devoirs, de formation professionnelle, de soutien au retour à l’emploi ; des lieux d’inclusion, accessibles à tous, et en particulier aux personnes en situation de handicap ». 
 

Le ministère voit double


Initialement, le projet de réforme introduit par le CNL devait également porter sur tout projet innovant dans les établissements de prêt. Cependant, le ministère de la Culture était intervenu, pour restreindre le périmètre d’action – jugeant qu’il y aurait un possible doublon avec le Plan bibliothèque.

La Gazette des communes l’évoquait : la rue de Valois avait demandé expressément au Centre de revoir sa copie. Les pistes choisies initialement auraient été redondantes avec les orientations que Françoise Nyssen, alors locataire, avait établies. C’est qu’outre le volet innovation, le CNL avait en effet pour perspective de toucher les personnes socialement, culturellement, mais également géographiquement éloignées de la lecture, pointaient nos confrères.

Le Centre se trouverait donc dans une année charnière, contraint d’attendre 2020 pour appliquer le second volet de son programme, concernant les projets innovants. Dans tous les cas, la réforme impulsée souhaite financer l’équipement en livres et la formation dans les centres de loisirs. Une manière bienvenue de s’assurer que la lecture prenne toute sa place en ces lieux.
 

Médiation, acquisition, formation 


Globalement, l’approche adoptée se focalise sur l’acquisition et la médiation des fonds. Les projets qui pourront bénéficier de cette aide doivent représente plus de 2000 € d’investissement. Il exclut en revanche les bibliothèques universitaires, scolaires, se centrant sur les bibliothèques du réseau de lecture publique et les associations œuvrant principalement en faveur de l’accès au livre et à la lecture des publics empêchés. 

L’intervention du CNL concernera donc 
• les acquisitions de collections documentaires, dont les formats relevant de l’édition adaptée ;
• les actions de médiation et de valorisation des fonds ;
• l’achat d’outils de lecture ;
• les coûts de formation et de sensibilisation du personnel pour les bibliothèques d’établissements pénitentiaires ou hospitaliers.

Les aides disponibles vont de 30 à 70 % des besoins exprimés dans une limite de 50.000 € par projet. Les dépôts pourront s’effectuer avant le 3 avril et le 19 juin, pour des passages en commission en mai et septembre de cette année.
 
Parmi les recommandations que l’Académicien avait formulées, pour garantir le droit à la lecture, l’une d’entre elles portait spécifiquement sur les détenus en prison. Il suggérait notamment de développer « les partenariats avec les bibliothèques et en garantissant aux associations intervenant dans le secteur les moyens d’assurer leurs missions. L’objectif est que chaque prison ait un partenariat avec une bibliothèque, notamment les bibliothèques départementales. »


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.