Des machines d'impression à la demande chez Barnes & Noble

Clément Solym - 02.09.2014

Edition - Librairies - impression demande - livres librairies - Barnes Noble


Toujours dans l'optique de réduire les coûts, tout en investissant le mieux possible, la chaîne de librairies Barnes & Noble est manifestement en train d'expérimenter l'impression à la demande. C'est par l'intermédiaire de l'Espresso Book Machine que le libraire s'est aventuré dans ce mode de commercialisation.

 

 


 

 

Un projet-pilote a été mis en place dans trois des boutiques de B & N, à New York (Union Square), dans le New Jersey (Paramus), et en Pennsylvanie (Willow Grove). La plus grande enseigne des États-Unis assure que le service est pour l'instant dédié à des ouvrages que l'on ne peut plus trouver, mais également aux œuvres du domaine public, ou dans le cadre d'auteurs autopubliés.

 

En janvier dernier, le libraire assurait encore que l'impression à la demande, et les machines de On Demand Books, étaient trop chères pour équiper ses boutiques. 

 

La première phase sera de vérifier que ce service a un véritable intérêt auprès des consommateurs. Dane Neller, CEO de On Demands Books, le fabriquant de l'EBM, souligne que ce pilote « s'inscrit dans notre programme destiné à faire grandir notre base de machines. Nous sommes ravis de tester ces outils chez Barnes & Noble. Nous passons des indépendants à des détaillants. »

 

Deux EBM sont déjà actives, depuis novembre, dans l'autre chaîne, Books A Million, et plusieurs libraires indépendants y ont recours depuis quelques années maintenant. D'ici la fin de l'année, plus d'une centaine de machines devraient être opérationnelles dans des magasins de détail. (via Publishers Weekly)