Des milliers de livres confisqués durant la Seconde Guerre mondiale au coeur d'une exposition

Orianne Vialo - 14.04.2016

Edition - Bibliothèques - Books discovered Once Again - livres confisqués seconde guerre mondiale - Bibliothèque nationale tchèque


Pendant un an et demi, la Bibliothèque nationale tchèque a entrepris de réaliser une démarche ambitieuse : celle de cataloguer et de répertorier des centaines de milliers de livres qui ont été confisqués pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, l’institution peut se féliciter d’avoir découvert une partie de la collection (un peu plus de 300.000 ouvrages), ce qui permettra de retracer l’histoire des livres, afin de retrouver leurs propriétaires d’origine. L’exposition « Books discovered Once Again » vient célébrer la mise à disposition prochaine de ces manuscrits au public jusqu’au 21 mai prochain.

 

(Eva Hodíková)

 

 

Se tenant au rez-de-chaussée de la Bibliothèque nationale de la République Tchèque, l’exposition « Books discovered Once Again ». Dans des vitrines, les visiteurs peuvent découvrir une — infime — partie de ces livres confisqués durant la Seconde Guerre mondiale. 

 

De grands panneaux explicatifs permettent de retracer le contexte politique et social de l’époque, notamment pour expliquer les raisons de ces confiscations. 

 

 
(Eva Hodíková)

 

 

Pour rendre cette exposition possible, la Bibliothèque a entrepris de collecter les ouvrages, dont certains ont été disséminés aux quatre coins du globe, d’autres perdus, afin de reformer une collection totale.

 

Néanmoins, il convient de rappeler que ce chiffre ne représente qu’une infime fraction du nombre total de livres confisqués à l’époque, qui est estimé à 15 millions de volumes.

 

Un travail titanesque  

 

La Bibliothèque nationale tchèque - fondée au XVIe siècle au sein de l’Université Charles siège dans le Clementinum, situé dans la Vieille Ville de Prague - a placé la barre très haut. Avec ce projet d’envergure, mené en étroite collaboration avec l’institution norvégienne Stiftelsen Arkivet - partenariat qui a permis de créer une exposition en ligne - la Bibliothèque nationale tchèque a levé le voile sur la provenance de ces ouvrages, que l’on pensait perdus.

 

L’un des objectifs principaux de l’institution : numériser ces manuscrits, afin qu’ils soient disponibles dans la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale tchèque. 

 

Parallèlement, douze mille volumes triés sur le volet ont été rendus accessibles aux professionnels et aux institutions de mémoire.

 

Sur son site internet, la Bibliothèque nationale précise qu’à l’origine ces ouvrages avaient été «  conservés dans les bibliothèques de différents syndicats, d’institutions ou des propriétaires privés ». 

 

Radio Prague a interviewé Tomáš Foltýn et Marcela Strouhalová, tous deux impliqués dans ce projet. Tomáš Foltýn expliquait à l’antenne : «  Une grande partie de la collection que nous exposons aujourd’hui était stockée depuis près de 80 ans dans le dépôt Neratovice, à Prague. Nous ne savions pas exactement quels ouvrages avaient pu être préservés. Nous avons donc répertorié la collection, et choisi les livres les plus célèbres qui y étaient stockés, afin de les rendre disponibles à la lecture pour nos utilisateurs. » 

 

Des manuscrits disséminés aux quatre coins du globe

 

Les livres qui se trouvent aujourd’hui dans les fonds de réserve de la Bibliothèque nationale tchèques ont pourtant fait bien du chemin avant d’en arriver là. Marcela Strouhalová l’atteste lors de son interview accordée à Radio tchèque : « Un premier groupe de livres proviennes des livres confisqués par les nazis à leurs ennemis supposés, non seulement en Allemagne, mais dans l’ensemble de l’Europe occupée. Un deuxième groupe de livres comprend des ouvrages confisqués sous décrets présidentiels. Enfin, le dernier groupe de livres nous sont parvenus durant la période d’après-guerre. »

 

(Eva Hodíková)

 

 

Les livres confisqué par le Troisième Reich ont été stockés dans quatre châteaux situés dans l’ex région des Sudètes. Les ouvrages confisqués par les autorités tchécoslovaques entre mai et juin 1945 ont quant à eux été placés à la Bibliothèque, en fonction de leur provenance. 

 

Ceux qui ont été réquisitionnés en vertu des décrets présidentiels ont été stockés dans diverses installations. « Parmi les 15 millions de livres confisqués, nous ne savons pas combien ont été autrefois confiés à la Bibliothèque nationale, parce que beaucoup d’entre eux ont été distribués à d’autres bibliothèques scientifiques ou universitaires », avoue Tomáš Foltýn.

 

A l’heure actuelle, les personnes en charge de ce projet ont découvert près de 2.000 propriétaires différents pour les manuscrits, qu’ils s’agisse de francs-maçons, de diverses bourses et autorités nazies du Protectorat de la Moravie et de la Bohême, de ministères, d’écoles ou de propriétaires individuels. Le chemin est encore long... 

 

(via Radio Prague, National Library of the Czech Republic, Melville House)