Des résultats plutôt timides pour HarperCollins

Julie Torterolo - 06.11.2015

Edition - Economie - HarperCollins - résultats - News Corp


Les résultats du premier trimestre fiscal 2016 sont tombés pour News Corp : contrairement à l’année dernière, l’entreprise enregistre une chute de 4 % de son chiffre d’affaires. Son activité éditoriale, concernant donc HarperCollins Publishers, enregistre elle aussi une baisse, qui s'explique notamment par l'affaiblissement des ventes de ses livres numériques. 

 

CC BY SA 2.0 par ActuaLitté 

 

 

La société mère de HarperCollins, News Corp, a annoncé les résultats le 5 novembre dernier : son chiffre d’affaires, pour la période de juillet à septembre 2015, chute à 2,01 milliards $, contre 2,11 milliards $ pour la même période de l’année dernière. Ainsi, les bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) sont évalués à 165 millions $, contre 196 millions $ à l’exercice précédent. 

 

Lorsque l’on se plonge dans les détails, le chiffre d'affaires de l'activité éditoriale s'arrête à 409 millions $, en hausse par rapport à l'exercice précédent (à 406 millions $), mais une chute de 24 % de l’EBITDA (à 42 millions $ contre 55 millions $) est à noter. Une baisse qui serait due, selon l'analyse de la société, à une détérioration des ventes de livres numériques et à l'absence de best-seller pour prendre le relais de la série Divergente, de Veronica Roth. Les ventes numériques — qui comprennent livre audio et ebook — représentent 20 % du chiffre d’affaires au cours du trimestre (82 millions $), contre 17 % l'année précédente. 

 

La maison — qui a acquis Harlequin l’année dernière — a tout de même noté de fortes ventes de Va et poste une sentinelle, livre d’Harper Lee publié cette année. 

 

Le nouveau directeur de la maison Robert Thomson a expliqué « regarder de près » la tendance à la baisse des ventes de livres numériques aux États-Unis. En effet, selon des données publiées par l’Association of American Publishers en septembre dernier, les ventes de livres numériques auraient diminué de 10 % durant les cinq premiers mois de l’année 2015. Cette tendance à la baisse est expliquée par la stabilisation du nombre de lecteurs numériques, mais aussi par des prix à la hausse pratiqués par certains éditeurs.