La marketplace du libraire Barnes & Noble ne paye plus les vendeurs

Clément Solym - 11.08.2015

Edition - Economie - Barnes Noble - vendeurs marketplace - paiements panne


Une panne survenue sur son site internet a privé les acteurs ayant recours à la place de marché de Barnes & Noble de leurs revenus. Pour l’heure, c’est statu quo, et personne ne sait encore quand les paiements reprendront. Le bug, selon les vendeurs, est intervenu peu de temps après le lancement du nouveau site, à la fin juin. Et depuis un mois et demi, aucun changement. 

 

Barnes & Noble - Augusta Mall

Mike Kalasnik, CC BY SA 2.0

 

 

Début juillet, la place de marché de B&N a tout simplement fermé, temporairement, mais sa réouverture n’a pas vraiment amélioré les choses. 

 

Selon un porte-parole de la société, le problème ne toucherait qu’un petit nombre de vendeurs, dont les règlements seraient en retard. « Nous prenons cela très au sérieux, et notre équipe travaille sur le traitement de tous les paiements en retard aujourd’hui », assure Mari Ellen Keating. Et de présenter des excuses pour la gêne occasionnée, selon la formule consacrée.

 

Le reboot, fin juin, du site web du libraire n’aura donc apporté que des ennuis, mais remonter un site web entraîne toujours quelques petits problèmes, assurait la société. Certains des vendeurs affirment n’avoir pas été payés depuis le 23 juin – et dans le cas de petites entreprises, ces problèmes deviennent de véritables calvaires, menaçant la survie des boîtes. 

 

Et surtout, les retours de la part de B&N manquent cruellement de suivi : les vendeurs se sentent abandonnés, et se plaignent de n’avoir, en guise de réponse, que des emails automatiques. 

 

La refonte du site devait apporter un nouveau souffle au vendeur, classé 47e au top des 500 plus grands vendeurs en ligne. D’autant que, sur le dernier trimestre, la firme expliquait la chute de ses revenus notamment par la baisse des ventes internet. 

 

Ressource à ménager et améliorer, donc, qui s’accompagnait d’une profonde modification de la plateforme lecture numérique, le Nook. Le partenariat lancé avec Microsoft, qui aurait pu porter ce service à un plus haut niveau, a finalement été abandonné, et le géant de Redmond en sera quitte pour les quelques centaines de millions de dollars investis.

 

Le 3 août dernier, B&N annonçait que le divorce était consommé, alors que l’accord avait été passé en 2012. À l'époque, Microsoft avait décidé d'investir coup sur coup 300 millions $, pour devenir propriétaire de 18 % de la société : si l'apport financier n'était pas négligeable, difficile de saisir la finalité de l'opération, qui n'aura, en définitive, jamais emmené Microsoft dans le monde de la lecture numérique. De fait, la filiale numérique de Barnes & Noble semble s'être mieux entendue avec Samsung, à l'occasion d'un cobranding sur le Galaxy Tab 4 Nook.

 

(via Ecommerce Bytes)