Des robots français font leur entrée dans une bibliothèque américaine

Antoine Oury - 03.10.2014

Edition - Bibliothèques - robots humanoïdes - NAO Evolution Aldebaran - Westport Library


Deux robots NAO Evolution, fabriqués par la société française Aldebaran, viennent de faire leur entrée au sein de la Westport Library, dans le Connecticut. Notamment présentées au Salon du Livre de Paris en 2013, les petites machines humanoïdes permettront de faire découvrir la robotique et la programmation aux usagers de la bibliothèque.

 

 

 

 

Détail significatif quant au perfectionnement technologique des deux humanoïdes qui entrent dans l'établissement : ils peuvent se relever, seuls. L'objectif n'est pas de faire trimer les robots de 58 cm, en leur faisant ranger les livres, mais seulement de mettre cette nouvelle technologie à disposition des lecteurs et usagers.

 

« Les robots constituent la dernière forme de technologie disruptive, et il nous semblait important que les gens puissent y accéder pour en apprendre plus sur eux », explique Maxine Bleiweis, directrice générale de la bibliothèque de Westport. 

 

L'établissement s'est toujours appliqué à apparaître comme pionnier : des imprimantes 3D, parmi les premières du genre, avaient été acquises en 2013. Les NAO Evolution, eux, ont coûté quelque 8000 $, achetés à l'aide de fonds privés.

 

« D'un point de vue des perspectives de développement économique, des opportunités d'emploi et de carrière, c'est important », assure-t-elle. Les robots n'incarnent pas seulement la peur de voir des emplois disparaître au profit d'une automatisation du travail : leur perfectionnement ouvre également de nouvelles perspectives technologiques et pédagogiques.

 

Des modèles de NAO avaient d'ailleurs été présentés en France au Salon du Livre de Paris 2013, sur le stand Editis. ActuaLitté avait alors assisté à une scène insoutenable, dans le but de prouver l'aspect humanoïde des robots : la torture d'une petite créature robotisée.

 

 

 

 

Mais, là aussi, le geste n'avait rien d'anodin, et le perfectionnement technologique ne vise pas « remplacer » l'être humain : le démonstrateur expliquait en effet que l'ajout « d'émotions » au robot permettait de sensibiliser les enfants, notamment atteints d'autisme, à l'appréhension d'autrui. Leur entrée effective au sein de la bibliothèque se fera le 11 octobre prochain, suivie par la mise en place d'atelier de programmation. Des développeurs pourront également s'emparer des machines, pour les améliorer par le code.

 

 

Des robots français font leur entrée dans une bibliothèque américaine, par Jeremy Rozier

Par Jeremy Rozier, du CESAN

 

 

(via Wall Street Journal)