Des téléphones portables pour simplifier la vie des étudiants niçois

Clément Solym - 28.12.2009

Edition - Société - téléphone - portable - étudiants


Les étudiants de l'université de Nice Sophia Antipolis pourront tester dès la rentrée 2010 un nouveau système de carte virtuelle intégrée dans leurs téléphones portables.

Ce projet Nice Futur Campus a été sélectionné dans le cadre d'un appel à projet du gouvernement pour le développement de services RFID/NFC (Radio Frequency Identification/Near Field Communication). Et c'est Luc Chatel, alors ministre de l'Industrie qui l'avait retenu.


Nice Futur Campus sera donc testé par au minimum 300 étudiants à partir de la rentrée 2010 et sur la rentrée 2011. Ces étudiants seront suivis par un groupe de sociologues qui auront pour mission d'évaluer comment le service peut être amélioré. Le projet bénéficiera d'un investissement de 2 millions d'euros. Il sera chapeauté par Extelia (spécialiste des nouvelles technologies et de la dématérialisation) en partenariat avec 7 autres entreprises.

Dans les faits ce système embarqué dans les téléphones portables permettra aux étudiants d'effectuer des paiements (avec un système Monéo pour téléphone portable), d'utiliser les transports en commun (le téléphone agissant comme une carte de transport), d'accéder à des réseaux sociaux, et à des applications pour portables, mais aussi de gérer des éléments de vie scolaire comme l'accès à certains services de l'université, ou encore aux restaurants universitaires.

Ce système doit essentiellement simplifier la vie des étudiants, il n'est donc a priori pas prévu de transformer les téléphones en mouchard pour vérifier la présence des étudiants aux cours comme c'est le cas dans l'université Aoyama Gakuin de Tokyo.