Des ventes de livres augmentent en Chine grâce à internet

Clément Solym - 21.10.2008

Edition - Economie - vente - livres - Chine


Certains redoutent les ventes de livres à travers internet ; d'autres, bien au contraire, s'en félicitent. Le net, malgré toute la censure qui peut s'appliquer dans le pays, a produit un best-seller sur cinq dernièrement. Et même si tout et n'importe quoi peut se publier désormais, c'est avant tout une liberté nouvelle pour les éditeurs, constate Jing Bartz, directeur du centre allemand d'information sur le livre de Beijing.

Le marché du livre s'élevait l'an dernier à 51,3 millions de yuan. Dérisoire en regard des 25 milliards $ du secteur américain, mais le gouvernement chinois a saisi la nécessité de développer ce domaine, et encourage désormais les éditeurs à explorer de nouvelles formes de ventes. Le net ouvre ses bras...

Officiellement, comme ce fut longtemps le cas en Turquie, tous les éditeurs son sous le contrôle de l'État, bien que la plupart pratiquent la culture d'entreprise. Et des éditeurs privés passant directement par internet se développent.

Privés, certes, mais pas totalement libres d'agir sans en référer au gouvernement, et quand le contenu éditorial déplaît, ils endurent les listes noires et autres interdictions. Les sujets sont pourtant connus : Tibet, indépendance de Taiwan, pornographie, etc.

Et l'on ne se prive pas d'interdire : Bartz atteste qu'un ami a souhaité publier un livre sur la propagation du sida dans un village chinois, voilà quatre ans. L'auteur n'a pas été réprimé, mais l'éditeur s'est vu accorder un moins grand nombre de numéros ISBN.

L'investissement dans le net est pourtant considérable, car si la Chine sait qu'elle représente une puissance économique indéniable, elle reste très faible dans le domaine culturel international.