Des ventes démentes pour le Pléiade de Lautréamont

Clément Solym - 18.11.2009

Edition - Economie - ventes - démentes - pleiade


Fin septembre, les prestigieuses éditions de la Pléiade ont publié une intégrale des oeuvres de du comte de Lautréamont, alias Isidore Ducasse et notamment ses Chants de Maldoror, probablement l'oeuvre qui l'aura fait connaître.

Selon nos confrères de l'Express, dont on ignorait qu'ils s'intéressaient autant à la poésie, l'exemplaire vendu depuis le 21 septembre a été imprimé à 7000 exemplaires, et finalement, 5000 auraient été vendus.

Philippe Sollers, du Nouvel Obs s'était lui-même laissé prendre au piège : « Vous ouvrez mécaniquement la nouvelle Pléiade consacrée à Lautréamont, vous croyez connaître l'auteur, depuis longtemps archivé parmi les grands classiques du XIXe siècle, vous jetez un coup d'œil sur le début des “Chants de Maldoror”, et vous vous apercevez que, croyant les avoir lus autrefois, vous êtes saisi d'un léger vertige : “Plût au ciel que le lecteur enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit...” »

Attendu que la poésie ne fait pas vivre son homme, on ne regrettera cependant rien pour le comte, puisque ce dernier est mort sans avoir vendu d'exemplaires d'une oeuvre qu'il avait auto-éditée... Et puis il y eut ses Poésies, qu'il remit à son éditeur, avant de mourir le jour même, ou presque, laissant une lettre dans laquelle il disait qu'il avait fait ce qu'il devrait faire...