Dessins “inédits” de Van Gogh : Le Seuil propose un débat sur l'authenticité

Antoine Oury - 17.11.2016

Edition - Les maisons - Van Gogh Le Seuil - Van Gogh dessins inédits - Brouillard d'Arles Van Gogh


La publication par les éditions du Seuil d'un « carnet retrouvé » attribué à Vincent Van Gogh par l'experte canadienne Bogomila Welsh-Ovcharov aura fait couler de l'encre. La parution de Vincent Van Gogh, le Brouillard d'Arles aura en effet été commenté par le Musée Van Gogh d'Amsterdam, qui juge que tout cela n'est qu'une vaste supercherie. L'éditeur a proposé l'organisation d'un débat.

 

Un des fameux dessins dont l'attribution à Van Gogh est contestée, extrait de Vincent Van Gogh, le Brouillard d'Arles, Carnet retrouvé

 

 

Ce 17 novembre paraît aux éditions du Seuil le livre Vincent Van Gogh, le Brouillard d'Arles, un « carnet retrouvé » attribué au peintre : les éditions du Seuil font face à une publicité peu commune puisque le musée Van Gogh d'Amsterdam a qualifié les dessins d'« imitations ». Selon les experts du musée, les œuvres présentées dans le carnet présenteraient des erreurs par rapport aux originaux, tandis que l'encre utilisée serait totalement étrangère au travail de l'artiste.

 

Des observations qui remonteraient à 2008 et 2012, selon le communiqué particulièrement détaillé du musée. L'institution souligne que les avis de ces experts n'ont pas été reproduits dans le livre publié par Le Seuil, raison pour laquelle le musée a rendu publiques ses observations.

 

Selon l'auteure du livre publié chez Seuil, Bogomila Welsh-Ovcharov, le « brouillard » (terme qui désignait le cahier de brouillon du comptable) « est resté ignoré, à Arles, oublié parmi les biens des Ginoux, à soixante-dix mètres seulement du café où le peintre l’avait fait déposer, quelque part dans l’étroite zone délimitée par le Café de la Gare, au 30 place Lamartine, la Maison Jaune au 2 place Lamartine et, à l’arrière de celle-ci, les bâtiments adjacents sur l’avenue de Montmajour ».

 

D'après l'experte canadienne, Van Gogh aurait fait don de ce carnet à ses amis Joseph et Marie Ginoux, avant une transmission à Marguerite Crevoulin, nièce de Marie Ginoux, puis aux héritiers de cette dernière. Le carnet aurait été oublié pendant plusieurs décennies avant une redécouverte du carnet par Bogomila Welsh-Ovcharov : le brouillard serait le « seul connu à ce jour de sa période provençale », comprenant 65 dessins des séjours de Van Gogh à Arles et Saint-Rémy.

 

Bernard Comment, directeur de collection aux éditions du Seuil, a commenté l'affaire dans plusieurs médias en assurant que l'éditeur soutenait son auteure et l'authenticité des pièces présentées dans l'ouvrage.

 


 

La maison réitère sa conviction en publiant un communiqué qui répond aux critiques du musée Van Gogh : « Pour mettre un terme à cette polémique, nous proposons au Musée Van Gogh d'organiser conjointement, dans un délai raisonnable, un débat public entre experts », proposent les éditions du Seuil dans leur message, relayé par l'AFP. Ce débat permettrait « de faire toute la lumière sur les conditions dans lesquelles le Musée Van Gogh prétend exercer, de fait, un monopole d’attribution », souligne la maison.

 

Comme le rappelle l'AFP, le Musée Van Gogh a déjà commis des erreurs d'attribution, notamment pour le tableau Coucher de soleil à Montmajour qu'il avait identifié comme faux avant de l'attribuer à Van Gogh. Une des raisons qui incitent Le Seuil et l'éditeur du livre Bernard Comment à soutenir Bogomila Welsh-Ovcharov : « Il y a un temple, il y a donc des gardiens du temple, c'est inévitable », a ainsi affirmé Bernard Comment.

 

L'intégralité de la réponse du Seuil est disponible sur le site internet, avec une réponse point par point aux critiques du Musée Van Gogh.

 

  Van gogh by ActuaLitté on Scribd