Deux fois moins de librairies au Royaume-Uni en sept ans

Clément Solym - 28.12.2012

Edition - Librairies - Librairies - Royaume-Uni - Essor du numérique


Selon une nouvelle étude réalisée par le cabinet Experian et pour le journal The Telegraph, le nombre de librairies installées sur le territoire du Royaume-Uni aurait été réduit de moitié en l'espace de sept années. Quand, par ailleurs, les consommateurs britanniques auraient dépensé 261 millions de livres pour acquérir des livres numériques au cours de l'année 2012.

 

Une analyse que ne partage toutefois pas la Bookseller Association, tandis que Begbies craint qu'une vague de faillites pourrait toucher le commerce de détail au cours de l'année à venir.

 

 

Creative Commons via Flickr (CC by 2.0)

 

 

Ce qui est rare devient cher ?

 

Experian a relevé 1878 librairies ayant pignon sur rue (boutiques Waterstones et indépendants y-compris), contre 4000 en 2005. Et tandis que les ventes annuelles de livres en format papier sont passées de 3,3 milliards l'an dernier à 3,1 milliards cette année, les consommateurs auraient presque doublé leurs dépenses en achat d'ebooks, en comparaison aux 138 millions dépensés en 2011.

 

Et désormais, seul un tiers des consommateurs auraient acheté leurs livres dans les boutiques physiques, alors qu'une grande partie en ferait désormais l'acquisition via les plateformes commerciales en ligne.

 

 

Des chiffres réfutés par la Bookseller Association

 

Cependant, Tim Godfray, chef exécutif de la Bookseller Association, estime que ces chiffres ne seraient pas représentatifs, estimant pour sa part que le taux de fermetures de librairies indépendantes est en baisse. Pour lui, la combinaison des ventes en formats papier et numérique constitue bel et bien une opportunité pour les librairies.

 

« Bien que la situation globale en termes de nombre de libraires indépendants au Royaume-Uni soit encore à la contraction, nos chiffres contredisent les résultats d'Experian et indiquent que ce taux de fermetures a été effectivement ralenti au cours des deux dernières années. Nous ne voyons pas la fin de la librairie. »

 

L'association avait relevé 1094 membres indépendants en 2011 sur un total de 3655. Ce qui constitue un déclin de 20 % depuis 2006, tandis que 36 nouvelles librairies ont ouvert leurs portes dans la seconde moitié de l'année.

 

 

Des faillites à prévoir en 2013 selon Begbies

 

En ces temps d'austérité économique, Begbies a mené une étude sur les entreprises de commerce de détail en détresse financière au Royaume-Uni. Et son rapport indique que cette crise pourrait aussi bien toucher les petits points de vente que les grandes chaînes de magasins.

 

Ainsi, le nombre d'entreprises en situation de détresse financière, au cours du dernier trimestre de l'année, aurait augmenté de 35 % et concernerait plus de 13.700 enseignes britanniques, qu'une terne période de Noël n'aura pas su préserver.

 

Et parmi les plus touchées viendraient les librairies. Julie Palmer, associée au sein de Begbies Traygnor, a affirmé : « Alors que les ventes de livres atteignent généralement leur maximum à l'approche de Noël, les consommateurs utilisent les détaillants de livres traditionnels tout simplement pour du lèche-vitrine avant d'acheter en ligne à prix discount. La pratique a gravement affecté ce secteur du livre, qui a déjà beaucoup souffert de la popularité croissante des appareils de lecture numérique. »