Deux jeunes diplômés 2008 sur trois n'ont pas trouvé d'emploi

Clément Solym - 23.04.2009

Edition - Société - jeunes - diplomes - emploi


Le mois d'avril fait grise mine pour les jeunes diplômés de 2008, qui ne sont que 38 % à avoir trouvé un emploi, contre 60 % l'an passé à la même époque, analyse l'Association pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes diplômés. En somme près de deux anciens étudiants sur trois se retrouvent sans job, au sortir des études, une tendance qui s'est complètement renversée, mais que l'on doit à l'air du temps...

Mais la répartition est encore plus intéressante, si l'on se penche sur les contrats obtenus par les nouveaux travailleurs :
  • 30 % sont en CDI
  • 29 % en CDD ou CTT, pour une période de 6 mois et plus (on notera que la majorité d'entre eux sont en temps plein, 80 %)
Sauf que l'AFIJ souligne deux faits : seuls « 50 % de ces jeunes diplômés occupent un emploi en adéquation avec leur projet professionnel », mais encore « 55 % d'entre eux déclarent occuper un emploi d'attente ». Mieux encore : 33 % occupent une place sans avenir... Et il serait intéressant de savoir combien ont dû accepter un stage, faute de mieux...

Alors de quelle voie doit-on sortir pour s'en sortir ? IUT et STS, des équivalents bac+3 sont les plus intéressants pour les entreprises. Mais pour ceux qui n'ont pas obtenu d'emploi, le mode de vie est alors très précaire : 47 % sont aidés par leurs proches, 17 % perçoivent les allocations chômage et 14 % le RMI. La crise a frappé, retardant les embauches pour les diplômés 2008. Et ceux de 2009 risquent aussi d'en voir des vertes et des pas mûres.

En outre, cette étude tend à affirmer « le caractère non linéaire des parcours d'insertion de la majorité des jeunes diplômés qui font souvent des allers/retours entre période d'emploi et période de chômage avant d'accéder à l'emploi stable ». Elle a été réalisée sur 1241 inscrits à l'Association, entre les 16 et 20 avril 2009.