Deux libraires auraient découvert le dictionnaire de Shakespeare

Nicolas Gary - 21.04.2014

Edition - International - dictionnaire - Shakespeare - découverte


Ce serait la découverte littéraire du siècle, si elle est avérée. Des libraires de New York, Daniel Wechsler et George Koppelman, estiment avoir mis la main sur un dictionnaire tout simplement annoté de la main de William Shakespeare. Dans un communiqué, les deux hommes, qui se positionnent comme des experts, promettent que le dictionnaire a bien été manipulé par le dramaturge britannique.

 

 

 

Toute l'histoire de la découverte de ce dictionnaire est racontée dans un ouvrage que les deux libraires viennent de publier, Shakespeare's Beehive: An Annotated Elizabethan Dictionary Comes to Light, qui sortira ce 23 avril. Le 29 avril 2009, ils découvrent sur eBay, mis aux enchères, un livre signé de John Baret, An Alvearie or Quadruple Dictionarie. Il fut imprimé à Londres en 1580, et la légende voulait que Shakespeare se soit servi d'un exemplaire de ce livre. 

 

Durant six années, les libraires étudient le dictionnaire, acheté pour 4050 $. Bien que non signé de la main de Shakespeare, évidemment, il contient des milliers d'annotations. L'accumulation d'indices plus ou moins évidents, les a conduits à la conclusion la plus simple : William a bien eu ce livre entre les mains. On y retrouve même les lettres W et S, qui tendraient à confirmer l'hypothèse. 

 

« Cela renforcerait, d'une manière fascinante, la passion de Shakespeare pour la langue. Nous savons que Shakespeare avait un faible pour les mots inhabituels. Mais nous avions simplement une connaissance limitée de l'endroit où il était allé les chercher », explique Stephen Greenblatt, biographe et chercheur. Il n'a cependant pas pu apprécier la valeur des preuves apportées, précise-t-il au SMH

 

« Au cours de cette découverte, il est devenu impossible pour nous de négliger une foule d'indices spécifiques, qui courent à travers le livre annoté », assurent les libraires. On y retrouverait un intérêt tout particulier pour les vêtements, et une multitude de mots qui font écho au vocabulaire employé dans les pièces et les sonnets attribués à Shakespeare. 

 

Il faudra se rendre sur le site Shakespeare's Beehive, pour découvrir les preuves apportées, et les traces d'annotation. Pour l'heure, les sceptiques sont encore nombreux, et les auteurs précisent qu'ils ont sollicité plusieurs savants, pour être mieux aiguillés dans leurs cherches. S'ils ont reçu de précieux conseils, aucun d'entre eux n'a souhaité mettre en péril sa réputation en s'associant à la découverte…