medias

Deux poèmes retrouvés de Brecht révèlent un adolescent patriote

Antoine Oury - 30.01.2014

Edition - International - Bertolt Brecht - poèmes - 15 ans


Stephen Parker, professeur d'allemand à l'université de Manchester, est formel : les poèmes 1813 et 1913 ont bien été couchés sur le papier par la plume de Bertolt Brecht. Difficile d'y croire, pourtant, tant ces textes écrits par le dramaturge alors âgé de 15 ans transpirent le patriotisme et la volonté d'une victoire de l'Allemagne contre « un monde impitoyablement dressé face à nous ».

 

 

berlino2008

Statue de Brecht, à Berlin (ho visto nina volare, CC BY-SA 2.0)

 

 

L'attribution des poèmes ne tombait pas sous le sens, au regard de l'oeuvre de Brecht : farouchement antimilitariste, l'écrivain et dramaturge avait publié ces deux textes empreints de patriotisme au cours de son adolescence, alors que la Première Guerre mondiale s'annonçait. C'est dans un journal publié par Brecht lui-même et ses camarades, que les deux textes apparaissent, en 1913.

 

Le professeur Stephen Parker a fait le lien entre ses textes et quelques lignes du journal intime de Brecht, au cours du mois d'août 1913 : « Hier j'ai envoyé le poème « Il y a cent ans » que j'ai écrit dans la nuit. Après coup, j'ai remarqué que plusieurs éléments manquaient, et que le titre était faux. » 

 

1913 est un texte patriote, plein de fougue guerrière : « Donne-nous, Seigneur, dans les guerres et périls, de vrais Allemands, de fer et de cuivre, comme ceux de la bataille, il y a un siècle. » Qui ne va pas sans son pendant épique, 1813, qui fait référence à la bataille de Leipzig, où Napoléon fut vaincu par l'armée germanique.

 

« Je ne veux pas du tout jeter des soupçons sur les engagements antimilitaristes de Bertolt Brecht. Comme des millions d'autres personnes à travers l'Europe, il a grandi dans une ambiance patriotique. Cette théologie protestante et militariste était enseignée à l'église, et Brecht était un fervent protestant. Je trouve son parcours très intéressant », explique Stephen Parker. Les convictions antimilitaristes de Brecht se seraient fortifiées, évidemment, au moment de Weimar.

 

Les poèmes seront publiés dans la biographie de Brecht - la première en langue anglaise - que publiera le mois prochain Bloomsbury, signée par Stephen Parker. 

 

(via The Guardian)