Devenir un meilleur écrivain : les conseils que la science peut apporter

La rédaction - 11.08.2016

Edition - Société - science conseil écrire - conseils écrire roman - écriture conseils


Sur Internet, les conseils pour devenir un meilleur écrivain ne manquent pas. De nombreuses listes prescriptives donnent toutes les instructions possibles pour se faire publier. Parmi la pluie de recommandations, certaines, fondées sur des recherches scientifiques, ont retenu mon attention. La science pourrait bien aider les écrivains à améliorer leur style et booster leur créativité. Scientifiques versus littéraires, la fin de la discorde ?

par Mathilde de Chalonge

 

Mad scientists Linda & Ceri

::charmaine::, CC BY 2.0

 

 

Écrire le matin

 

Une étude publiée dans le Journal de Neurophysiologie suggère que le cortex préfrontal, qui est la partie de notre cerveau associée à la créativité et aux pensées innovantes, est plus actif immédiatement après le lever qu’à n’importe quel autre moment de la journée.

 

Plus le jour avance, plus le niveau d’activité du cortex préfrontal décroît. Celui-ci passe le relais à la partie analytique de notre cerveau, plus apte à réaliser des tâches qui exigent peu de créativité, comme la relecture et l’édition.

 

Par ailleurs, l’on sait que notre volonté est une ressource limitée. Celle-ci décline au fur et à mesure de la journée. Si vous écrivez le matin, vous aurez toute la journée pour vous détendre. À l’inverse, si vous repoussez cette activité, il y a peu de chance que vous trouviez le courage d’écrire le soir.

 

Lire, encore et encore

 

Pour écrire, faut-il encore avoir des sources d’inspirations. Les enfants qui lisent beaucoup auront un meilleur vocabulaire et des capacités cognitives plus développées que les autres. La lecture a un impact positif sur le cerveau : elle augmente la pression sanguine, ce qui améliore le fonctionnement du cerveau et sa réceptivité. On ne peut écrire sans lire beaucoup, c'ests d'ailleurs le meilleur conseil de Stephen King.

 

La lecture permet de réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer et, ainsi, de ne pas perdre le fil de votre histoire… 

 

Peindre en écrivant

 

Un tiers de l’esprit humain est dédié à l’assimilation et la compréhension de ce qu’il voit. Les écrivains doivent donc être attentifs à peindre un paysage avec leurs mots pour capter l’intérêt de leur lectorat.

 

Stevan Pinker, spécialisé en sciences cognitives à Harvard, nous définit en tant que « primates » : « Nous sommes des primates, avec le tiers de notre cerveau dédié à la vision, et de larges pans dévoués au toucher, à l’écoute, au mouvement, à l’espace. Pour aller de “Je crois que je comprends” à “Je comprends”, nous avons besoin de voir un paysage et sentir le mouvement. Beaucoup d’expérimentations ont démontré que les lecteurs comprenaient et retenaient bien mieux le contenu d’une œuvre quand il est exprimé dans un langage concret, qui permet la formation d’images visuelles ».

 

Être attentif à l’ambiance sonore

 

Préférez les conversations modérées de vos voisins de café à l’ambiance calme de votre chambre. En effet, écrire dans un environnement sonore modéré oblige le cerveau à fournir un effort d’abstraction plus intense que lorsqu’il est dans le silence. Votre esprit, moteur, à fond, pourra fournir de belles pages d’écriture.

 

Trouver la bonne lumière

 

L’ambiance sonore n’est pas la seule à être importante : il faut également bien choisir sa lumière. Les études sur les effets de l’éclairage sur le cerveau débutent à peine, mais quelques conclusions ont déjà été avancées. La lumière, quand elle est vive, ne stimule pas l’esprit. Un éclairage tamisé, en revanche, est bien plus propice à l’écriture : il libère des contraintes et des inhibitions, à l’instar du point suivant.

 

Se servir un verre

 

Charles Bukowski, Edgar Allan Poe, F. Scott Fitzgerald, William Faulkner, Byron, Baudelaire… C’est un fait, les écrivains sont portés sur la bouteille. L’alcool est-il une cause de leur réussite ? Sans tomber dans l’excès, boire un ou deux verres permet de favoriser un état d’esprit créatif. Aux États-Unis, les scientifiques de l’Université de l’Illinois ont découvert qu’après quelques verres d’alcool, la créativité augmentait de 50 %. Le cerveau fait tomber les barrières, se débarrasse des inhibitions et de toutes les réserves que vous pouviez avoir auparavant.

 

À relire

Promouvoir son livre sur internet : comment recruter des lecteurs 

 

 

« Mettons qu’une journée est finie, que vous avez effectué de bonnes heures d’écriture et que vous êtes toujours perplexe pour le lendemain. Le simple fait de boire quelques verres et de penser dans ce mode relâché vous donne souvent des idées très nouvelles. », avouait William Styron.

 

Arrêter d’être un poète torturé

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les génies torturés n’ont pas l’esprit créatif. Des études suggèrent qu’un bon moral rend les gens plus réceptifs, plus curieux de l’environnement qui les entoure. À l’inverse, les personnes déprimées se focalisent uniquement sur les points négatifs de leur existence. Avoir une vision panoramique du monde et un horizon bien dégagé permet le surgissement d’une écriture riche et inspirée.

 

En partenariat avec Allbrary


Pour approfondir

Editeur : J'Ai Lu
Genre : science fiction...
Total pages : 346
Traducteur :
ISBN : 9782290079416

Soleil vert

de Harry Harrison

Tandis que l'humanité s'apprête à entrer clans le troisième millénaire, la surpopulation est devenue telle que les ressources naturelles ne suffisent plus à couvrir ses besoins. La nourriture et l'eau sont rationnées, il n'y a plus de pétrole, plus guère d'animaux. Trente-cinq millions de New-Yorkais, pour la plupart sans emploi ni logement, se battent pour survivre. Andy Rush a un travail, lui. Tous les jours, avec les autres policiers de sa brigade, il part disperser les émeutes de la faim qui se produisent lors de chaque nouvelle distribution de nourriture de synthèse. Alors, qu'importe si un nabab aux activités louches s'est fait descendre ? S'il parvenait à attraper le meurtrier, Andy le remercierait presque pour services rendus...

J'achète ce livre grand format à 7.10 €