Diadeis alimentera Europeana avec la librairie européenne

Clément Solym - 27.10.2009

Edition - Bibliothèques - Diadeis - Europeana - alimenter


Hier, la commission sur la numérisation du fonds patrimonial a pris ses fonctions sous la haute présidence de Marc Tessier, nommé par Frédéric Mitterrand. Elle réfléchira donc aux pourquoi et comment de la situation présente. En parallèle, nous apprenons que la société Diadeis prendra part à « la dématérialisation des ouvrages publiés par les Institutions européennes ».

La grande librairie européenne, lancée durant la Foire de Francfort, entend en effet faire la nique à Google. Via EU Bookshop, l'Europe a commencé un vaste plan en proposant plus de 110.000 publications européennes en libre téléchargement.


Cependant, si l'Office des Publications Officielles des Communautés Européennes est parvenu à une telle offre, la société Diadeis continuera à prendre part à l'effort de numérisation. « Les 12 millions de pages ont ainsi été traitées sur la durée très courte de 10 mois, ce qui représente 75 000 pages de livres reliés quotidiennement, en travaillant 24 h/24 et 6 jours sur 7, et plus de 150 Téraoctets (150 TO) de données », précise la firme.

Mais la suite des événements sera également rock'n roll : en prenant part à la dématérialisation des 300.000 ouvrages et 45 millions de pages de la BnF, ou encore de la Bibliothèque Royale de Belgique et la Bibliothèque Nationale de Luxembourg, Diadeis continuera d'alimenter la base de données d'Europeana. « Une fois les publications de la Librairie Européenne intégrées, ce seront près de 44 % des textes présents dans Europeana qui auront été traités par Diadeis », apprend-on dans un communiqué.

Un outil de suivi, conçu et mis en place par Diadeis pour l’Office des Publications et accessible sur le web, permet de visualiser en temps réel l’avancement de la production, ajoute Diadeis. Jean-Charles Morisseau, PDG de Diadeis : « Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir participer à cette grande aventure qui met le patrimoine européen à la portée de tous et l’inscrit dans l’évolution des pratiques culturelles et des technologies. »