Dilisco : NEO, le projet de restructuration de la diffusion, trop secret

Nicolas Gary - 18.07.2019

Edition - Les maisons - Dilisco diffusion - représentants Albin Michel - groupe éditeurs livres


EXCLUSIF – Nom de code NEO : mais quelle est la nouveauté introduite dans la structure de Dilisco, société de diffusion distribution propriété du groupe Albin Michel ? Dans les faits, personne n’en sait grand-chose, et moins encore les équipes de représentants, pourtant premières concernées. NEO, pour Nouvelle évolution de l’Organisation, se veut « un ambitieux projet ». Mais à quelles fins ?


Dilisco


Le directeur de la diffusion chez Dilisco, Laurent Descovich, avait présenté aux équipes les perspectives de NEO, « dans des lignes particulièrement floues », nous indique-t-on. Pas faute pourtant, au niveau de la direction, d’assurer que chacun sera associé au projet. « Sauf que cela manque de communication et d’explications », ajoute un employé de Dilisco.

Bienvenue dans la Matrice, NEO !

Survenu dans la période de mai, entre deux ponts — ce qui n’a pas aidé à mettre en place une dynamique de réflexions — le projet NEO ne fournirait « aucune base de travail », tout en réclamant « que nous soyons impliqués dans les négociations, et qu’on apporte des propositions ». En effet, dans le même temps, des réunions autour de la question des salaires étaient en cours. 

Sont d’ailleurs évoqués, dans un courrier adressé à la direction, « des comptes-rendus parcellaires des négociations en cours sur les salaires », alors même qu’une obligation d’information auprès des représentants du personnel existe. 

Concernant NEO, il est question d’une sectorisation du travail pour les représentants. « Quelles conséquences pour nos contrats de travail ? Et à partir de quelle date ? Rien ne nous garantit que les salaires ne seront pas revus à la baisse, attendu que la part variable est calculée sur des objectifs… dont nous ignorons tout », indique une représentante. Des objectifs qui n'ont pas vocation à être discutés lors de négociations ou tout autre forme de procès. 

La diffusion au coeur du système

Le fait est, d’ailleurs, qu’une restructuration similaire n’est pas sans rappeler celle qu’a pu connaître le groupe Interforum l’an passé, que Laurent Descovich a quitté il y a 3 ans bientôt. Or, les multiples écueils rencontrés ont conduit les représentants de la filiale de Vivendi à une grève, voilà quelques semaines. « L’exemple Interforum montre qu’en avançant dans le flou, on aboutit à des défaillances : personne ici n’accepte l’idée de subir ce que les collègues ont pu connaître. » À savoir : des pertes de salaires liées à des objectifs inatteignables.

NEO reposerait sur une révision des secteurs d’intervention des représentants, mais là encore, on s’interroge : « Quelle est la pertinence d’introduire de nouveaux clients, qui sont des supermarchés représentants 0 € de chiffre d’affaires pour les équipes ? » Interrogation légitime, qui accentue un certain mal-être.


Crédit Leduc.s

 
« NEO serait-il la porte de sortie honorable pour éviter que l'équipe Hypermarchés ne disparaisse ? », s'interrogent alors les équipes. Et en regard des craintes exprimées par les salariés que ActuaLitté a pu contacter, c’est une forte pression que l’on devine exercée sur ces derniers.

Pour certains, il n’est d’ailleurs pas cohérent de chercher à mener de front d’un côté cette modification sectorielle et de l’autre, la question de la rémunération. Surtout que la période de mai et juin, où les discussions ont démarré, équivaut à celle de la préparation de la rentrée littéraire. « Et toute défaillance à ce moment devient préjudiciable pour les éditeurs. »

Des représentants “sur le grill” tous les trois mois

Mi-juin, les équipes de représentants inquiètes ont adressé à Alexis Esmenard un courrier faisant part de leurs préoccupations. « Quelle logique entre les nombreuses créations de postes au siège et le sacrifice financier demandé aux commerciaux sur leur rémunération à venir ? », interrogeait la lettre. 

Car depuis la présentation du 24 avril en réunion plénière, NEO manque cruellement de documentations : ce n’est que le 19 juin qu’une première version du nouveau plan de rémunération a été présentée aux représentants. « Or, celle-ci est particulièrement ardue à déchiffrer [ce] qui ne nous permet pas de nous projeter sereinement sur nos salaires futurs. »

D’autant que les outils informatiques nécessaires n’interviendront que l’année prochaine — au mieux en juillet 2020 — ce qui donne l’impression d’une certaine précipitation dans le calendrier. Et de conclure : « L’évolution NEO sera très impactante et il nous semble déraisonnable qu’une seule déléguée syndicale soit à même de signer pour valider ce projet. »
 
Une série de contre-propositions invitant à procéder par étape, avec en priorité l’installation des outils informatiques, était alors avancée. Toutefois, en guise de réponse, le président de Dilisco, Alexis Esmenard, répondait fin juin en renouvelant sa confiance aux responsables du projet, et assurant que de nouvelles informations viendraient pour « expliquer les objectifs et les détails ». 

Sauf qu’en l’état, « seul un représentant sur vingt pourra atteindre la multitude des objectifs qui nous ont été communiqués. Nous allons nous retrouver sur le grill tous les trois mois, et travailler dans un contexte qui nous mettra en porte-à-faux vis-à-vis des libraires », analyse un représentant.  

Dilisco compte à ce jour une centaine de maisons diffusées, dont les éditions Vuibert, Magnard, ou encore Leduc.s et Charleston, récemment rachetées par le groupe Albin Michel.


Commentaires
Donc , si je comprends bien : la direction de Dilisco a choisi cette méthode néo-violente sans en référer à Albin Michel ? Est-ce possible ?

Si je comprends bien les choix des actuels dirigeants de Dilisco ont été choisis à l'insu de leur plein grès par Albin Michel ? avec Néo...conservatisme chevillé au corps !

Ces méthodes modernes à la tronçonneuse bio-électrique ne sont même pas appliquées à leurs Cadres dirigeants ?

Je ne comprends pas , il n'y a qu'un seul syndicat ?

Je suis convaincu que la suite est prévue pour la rentrée littéraire !!!
Voilà bien là le papier de qqn qui n'a aucune information à nous délivrer et qui repose sur des on dit, des bruits de couloir. "On s'interroge", on suppute. je vous propose de délivrer un papier quand les informations seront recoupées. Par ailleurs, un inter-titre indique "La distribution au cœur du système" et on ne parle jamais de la distribution, uniquement de la diffusion!

Et ce sont les représentants multi-cartes d'Assimil qui vont être contents d'apprendre que finalement c'est Dilisco qui prend la diffusion de ce catalogue.<
Bonjour, et merci pour votre intérêt.

On ne s'interroge ni on ne suppute, je vous le garantis. Et les informations en notre possession sont bien tangibles et tangibles.

Je vais modifier les deux erreurs que vous pointez, en effet idiotes.

Pour le reste, vous verrez la suite.
Correctif important

Effectivement, la diffusion ASSIMIL n'est en aucun cas assurée par DILISCO, mais bien par l'équipe de représentants multicarte Gründ / Assimil pour les libraires et l'équipe FED pour les hypers (en simplifiant). ASSIMIL ayant recours à DILISCO uniquement pour le comptoir de vente à Ivry sur Seine.
Effectivement le correctif demandé concernant est très important ! voir plus important que le fond de l'article !

merci au représentant multicartes Grûnd/Assimil de nous montrer l'importance de cette précision !!!

le fond ? quel fond ?

s'en fiche le représentant multicartes Grûnd/Assimil
Correction Effectivement le correctif demandé concernant ASSIMIL .....
Flou artistique chez Dilisco, normal ...Ca ne date pas d'hier et ils ne sont pas les seuls. Il y a belle lurette que distributeurs et représentants sont dépassés par les événements et parfaitement inutiles. Petit éditeur, j'ai expérimenté plusieurs d'entre eux et je suis bien placé pour le savoir. Je vends autant de livres sans eux avec en plus le plaisir essentiel du contact humain direct avec les libraires. Ce que ne peuvent se permettent tous ces éditeurs qui sortent un livre par jour, en sacrifiant d'avance les 3/4 d'entre eux. Folie écologique, gaspillage de papier, gaspillage de talents, gaspillage de temps précieux.
Ce projet met en place un système de double peine pour le repré qui verra ses revenus encadrés et toute sa partie variable sera soumise à des objectifs. La défense d'objectifs amène souvent à des débordements au détriment du libraire. Il nous parait souhaitable de garder un juste équilibre entre l'éditeur et le libraire. Nous travaillons dans le respect de nos clients et sommes attachés aux relations de confiance.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.