Directeur de cabinet de Françoise Nyssen, Marc Schwartz est éjecté de Valois

Cécile Mazin - 09.01.2018

Edition - Société - Marc Schwartz Macron - audiovisuel public Macron - Marc Schwartz Nyssen


Nommé en mai 2017 comme directeur de cabinet de Françoise Nyssen, Marc Schwartz avait pris largement part au volet culturel de la campagne d’Emmanuel Macron. Pour autant, selon nos informations, ce dernier n’aura pas convaincu, et quitte donc la rue de Valois. 


昭和のテレビ
mxmstryo, CC BY 2.0
 

 

Le ministère de la Culture, on l’aime ou on le quitte dirait-on. Et pour l’ancien directeur de cabinet Marc Schwartz, c’est la fin du parcours – une décision qui émanerait d’ailleurs de l’Élysée. 

 

Coordinateur d’un rapport sur l’avenir de France Télévision, la télévision à l’horizon 2020, réalisé en 2015, il aurait donc été victime du dossier de l’audiovisuel public. On s’en souvient, lors de ses vœux 2018 à la presse, le président Emmanuel Macron avait promis, avant la fin de l’année, un projet de loi sur ce secteur. 

 

« L’audiovisuel public est au service de la cohésion nationale, il est un miroir tendu à la Nation et il doit être pensé pour tous les publics, pour toutes les pratiques et viser l’excellence pour tous. C’est cela sa mission d’intérêt général et sa raison d’être », assurait Emmanuel Macron. 

 

Depuis, on sait que les propositions sont attendues pour mars, avec une présentation en conseil des ministres quelques mois plus tard. Et soucieux de reprendre en main le dossier, l’Élysée a souhaité vouloir « revoir la grammaire » de l’audiovisuel public.

 

Or, il semble que ni Françoise Nyssen ni son directeur de cabinet n’allaient assez vite au goût du président. 

 

Mi-décembre, Emmanuel Macron avait déjà assuré sur France 2 : « Les usages sont en train de changer et notre audiovisuel public reste structuré dans sa géographie avec un grand système de radio et de télévision qui, certes, s’est mis au digital, mais est structuré dans son architecture sur le monde d’avant. Il n’a pas suivi ce changement. »
 

L'édition sans une larme


L’ex-directeur de cabinet ne manquera certainement pas à l’édition : bien qu’ayant occupé le poste de Médiateur du livre, le temps de trouver un poste rue de Valois, il n’avait pas fait preuve d’un zèle spécifique à l’égard des éditeurs. 

 

Françoise Nyssen au salon du livre jeunesse :
“Ça change de Valérie Pécresse”

 

« Il est aux abonnés absents… un peu comme quand il occupait le poste de médiateur du livre », nous expliquait-on en marge du salon du livre jeunesse de Montreuil. Un directeur de cabinet alors très difficile à joindre – voire totalement absent, pour le secteur, déplorait-on.

 

Et ce, alors qu’un certain désenchantement était à l’œuvre, vis-à-vis de la nomination de Françoise Nyssen à la tête du ministère de la Culture. « On se rend compte de plus en plus qu’elle est coincée, qu’elle ne peut pas en faire “plus” pour le livre, sous peine d’être accusée, logiquement, de favoritisme », indiquait une éditrice. 

 

Plus dure est la chute...
 

Laurence Tison-Vuillaume en remplacement


Le ministère de la Culture vient de confirmer le départ de Marc Schwartz, mais également d'annoncer dans le même mouvement sa remplaçante. Marc Schwartz, conseiller maître à la Cour des comptes, quitte la direction de cabinet de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, pour participer prochainement à une mission sur l’avenir de la distribution de la presse, à la demande du Gouvernement. Il sera appelé ultérieurement à d’autres fonctions.

 

Françoise Nyssen choisit de confier la tête de son cabinet à Mme Laurence Tison-Vuillaume, jusqu’alors directrice-adjointe du cabinet.

 

« Depuis notre installation rue de Valois, Marc a permis de lancer les grands chantiers du quinquennat conformément à la volonté du Président de la République et du Premier ministre. Je le remercie pour son engagement au service de la culture », a salué Françoise Nyssen.

 

Administratrice civile hors classe, diplômée de l'École des Hautes études commerciales (HEC 1998), ancienne élève de l’École nationale d'administration (promotion 2003), titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'une licence en droit, ancienne élève de l'Institut d'études politiques de Paris, Laurence Tison-Vuillaume a débuté son parcours professionnel en 1998 auprès du conseiller économique au cabinet du président de l’Assemblée nationale (1998-2000).

 

A sa sortie de l'ENA, elle a rejoint la direction du trésor où elle a été successivement adjointe au chef du bureau « marché des changes et politique économique » au service des affaires européennes et internationales (2003-2005), puis chargée d’affaires au bureau « audiovisuel-défense » à l'Agence des participations de l’État (2005-2007).

 

Rapporteure à la Cour des comptes (2007-2011 septième chambre), puis secrétaire générale adjointe du commissariat général pour le développement de la vallée de la Seine, au sein des services du Premier ministre pour le Grand Paris (2011-2012), elle a rejoint le ministère de la Culture en novembre 2012 comme cheffe du département des publics et de la diffusion à la direction générale de la création artistique. Depuis avril 2013, elle était adjointe à la directrice générale de la création artistique. De 2007 à 2010, elle a également été Vice-présidente de Région déléguée à la culture et de 2008 à 2012, Maire-adjointe de grande ville, déléguée à la culture.

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.