Disney invente le moteur de recherche sans sites pirates

Antoine Oury - 01.11.2014

Edition - International - Disney Enterprises Google - moteur de recherche - piratage brevet partage illégal


Les ayants droit ne sont pas satisfaits de méthodes mises en œuvre par Google pour lutter contre la diffusion des contenus piratés, et le font régulièrement savoir. Disney est l'une des sociétés les plus virulentes en la matière, en témoigne une extension de la durée du copyright qui porte le surnom « The Mickey Mouse Copyright Extension Act ». La firme a déposé un brevet pour un moteur de recherche sans sites pirates.

 

 

Disney World Trip - Magic Kingdom - Cinderella's Castle

Le château de Cendrillon au Parc Disney d'Orlando, en Floride

(Richard Stephenson, CC BY 2.0)

 

 

« Online content ranking system based on authenticity metric values for web elements » (« Système de classement des contenus en ligne basé sur des mesures d'authenticité des données Web ») : c'est le nom du brevet déposé par Disney Enterprises, et relevé par TorrentFreak. Google ne proposant pas de solution viable à la lutte contre le piratage, la firme à la souris a décidé de relever ses manches et de s'en charger.

 

Comme son nom l'indique, le brevet rend compte d'un moteur de recherche dont les résultats ne seraient pas classés en fonction de la popularité, mais de l'authenticité. Un concept nébuleux dans lequel entrent en compte les noms de domaines déposés ou l'apparition de copyright sur les pages du site.

 

Disney n'hésite pas à mettre en avant l'un des effets de ce nouveau classement, profitable ou indésirable selon le point de vue : « Ainsi, si l'on considère le film Blanche-Neige et les Sept Nains, la page associée du site Disney.go.com pourra être considérée avec plus d'autorité (et d'authenticité) qu'une page encyclopédique sur le Web. »

 

Protéger la valeur de la marque, ou rendre plus difficile l'accès à des informations qui ne sont pas corporatistes, et peut-être plus neutres ? Visiblement, il n'y a pas qu'Amazon ou Apple qui pratiquent la censure...