Disparition de l’auteure jeunesse Marie Mélisou

Elodie Pinguet - 10.03.2017

Edition - Société - littérature jeunesse - Marie Mélisou - disparition auteur


Ce 2 mars, l’auteure en littérature jeunesse Marie Mélisou est décédée à l’âge de 55 ans. Elle avait publié plus d’une trentaine de romans et animait régulièrement des ateliers d’écriture dans les écoles, réussissant à captiver l’intérêt des plus jeunes.

 

Via son profil Facebook

 

 

C’est une artiste passionnée qui s’est éteinte jeudi dernier. Née en 1962, elle déménage beaucoup, mais reste plusieurs années en Corse, île qui restera toujours dans son coeur. À ses dix ans, sa famille s’installe à Toulouse où elle vit les moments forts de sa jeunesse, entre amis et fous rire. La lecture n’est jamais loin puisqu’elle se décrit comme « une boulimique de lecture ».

 

Elle fait ses études aux Beaux-Arts de Toulouse avant de travailler à la manufacture des Gobelins à Paris où elle tisse des tapisseries. Si l’écriture l’a longtemps passionnée dans sa jeunesse, elle s’y plonge véritablement dans les années 90, après la naissance de ses trois enfants : « J’ai découvert la littérature jeunesse contemporaine et je m’y suis immergée grâce à mes enfants. »

 

Bien qu’elle ait écrit quelques nouvelles et poèmes adultes, elle s’épanouit dans la littérature jeunesse où elle aurait publié une trentaine de livres chez divers éditeurs. Plusieurs de ses textes sont parus aux éditions du Griffon Bleu, maison fondée par son ami Didier Debord, qui a fermé ses portes en décembre.

 

Son ami et éditeur lui a rendu un vibrant hommage à travers le site de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. Il a salué sa capacité à captiver les enfants, tel « un pot de miel », mais a également fait part de sa fascination pour « son art de les faire parler, de les écouter : une rencontre avec ses jeunes lecteurs, c’était davantage qu’une rencontre, c’était une véritable communion entre un sourire éblouissant - le rayon de soleil - et des yeux fascinés. »

 

Il la décrit comme une personnalité aimante, toujours à l’écoute et au service des autres, « Marie, un modèle de générosité, d’altruisme, de disponibilité, d’écoute ». Elle transmettait sa belle personnalité et sa force lors des ateliers d’écriture qu’il lui arrivait d’animer dans les écoles, collèges, lycées.

 

 

C’était également une collectionneuse, qui récupérait du sable dans le monde entier lors de ses voyages. Elle aurait accumulé environ 3000 flacons de sable. Maintenant, « son corps rejoindra ces sables de toutes les origines et de toutes les couleurs, témoins de son intérêt pour l’autre, pour tous les autres. »

 

Elle écrivait pour plusieurs tranches d’âges, aussi bien pour les tous-petits, que pour ceux qui commencent à lire ou pour les adolescents. Elle laisse derrière elle des titres comme Le marchand de bisous, L’île aux ailes, À cheval, autrement l’été ou encore Rumeurs au collège. Il y a des romans historiques, certains qui font réfléchir et d’autres écrits pour divertir.

 

Via son site internet