Disparition de l'écrivain Pierre Pachet, pilier de la Quinzaine littéraire

Sophie Kloetzli - 23.06.2016

Edition - Société - mort Pierre Pachet - Pierre Pachet Quinzaine littéraire - En attendant Nadeau


Pierre Pachet a disparu la nuit du 20 au 21 juin, dans son appartement du Marais à Paris. Il était membre du comité de rédaction de La Quinzaine Littéraire, puis de la Nouvelle Quinzaine littéraire, jusqu’au début de l’année 2016. Avec un groupe de collaborateurs en désaccord avec la nouvelle ligne éditoriale adoptée par le magazine, il a fondé la revue en ligne En attendant Nadeau. Il est également connu pour une vingtaine d’essais et de récits autobiographiques.

 

 

 

Né en 1937 de parents juifs d’origine russe, Pierre Pachet a marqué la littérature avec ses récits autobiographiques, comme Autobiographie de mon père (1987) et Devant ma mère (2007). Il est ainsi devenu connu pour son écriture de l’intime. Son œuvre est marquée par l’obsession du temps, symbolisée par L’Œuvre des jours (1999). Dans Adieu (2001), il évoque la mort de sa compagne et le ravage du temps sur la beauté féminine.

 

Grand témoin de son époque, Pierre Pachet s’est élevé contre les totalitarismes. Il parlait avec érudition de grands auteurs de notre époque, de Simone Veil à Dostoïevski. Traducteur (notamment de la République de Platon) et professeur à l’université, il a consacré de nombreux ouvrages à la littérature, parmi lesquels on peut citer Un à un. De l’individualisme en littérature (1993) et Bêtise de l’intelligence (1995).

 

Le lendemain de son décès, il était attendu pour boucler le nouveau numéro de la revue En attendant Nadeau. Ironie du sort, Pierre Pachet disait encore il y a quelque temps : « Ce journal, ça me fait du bien, ça me donne l’impression d’être encore vivant », révèle l’un de ses collaborateurs, Pierre Benetti.

 

Depuis 1970, Pierre Pachet a activement collaboré à la Quinzaine littéraire, fondée par Maurice Nadeau. En 2013, au moment du décès de son fondateur, lui succédait La Nouvelle Quinzaine littéraire, dont Pierre Pachet était l’un des trois directeurs. Le changement de la ligne éditoriale n’a pourtant pas fait l’unanimité.

 

Un groupe de collaborateurs quitte la rédaction pour fonder la revue En attendant Nadeau, en hommage au fondateur de la Quinzaine littéraire du même nom.