Disparition de Liu Yichang, auteur du roman à l'origine d'In the Mood for Love

Antoine Oury - 20.06.2018

Edition - International - Liu Yichang écrivain - Liu Yichang mort - Liu Yichang livres


L'écrivain chinois Liu Yichang, né en 1918, est mort le vendredi 8 juin 2018 à l'âge de 99 ans. Installé à Hong Kong depuis plus d'un demi-siècle, Yichang était considéré comme une des figures de la littérature chinoise moderne. Parmi ses romans, Duidao (Tête-bêche), publié en 1972, avait inspiré au réalisateur Wong Kar-wai son film In the Mood for Love.


Liu Yichang (目宿媒體股份有限公司, CC BY SA 4.0)


 

Né à Shanghai en 1918 au sein d'une famille lettrée, Liu Yichang — qui s'appelait alors Liu Tongyi — suit des études à la Saint John's University de la ville. Il intègre rapidement les cercles littéraires de Shanghai, qui se délitent peu à peu au fur et à mesure de l'exil grandissant des intellectuels et de la menace d'une guerre civile. Yichang se rend à son tour à Hong Kong en 1948, à l'âge de 30 ans.

 

Après un séjour de quelques années à Hong Kong, Liu Yichang quitte la ville, qu'il juge peu adaptée au développement de sa littérature, en 1852, pour publier différentes revues en chinois à Singapour et en Malaisie. En 1957, il revient finalement à Hong Kong, où il s'installe avec son épouse, Lo Pai-wun.

 

C'est en fait Hong Kong qui lui inspirera ses œuvres les plus marquantes, de Ciel et Enfer (1951) à Île et Péninsule (1975), récit du quotidien des habitants de Hong Kong, bien avant qu'elle ne devienne une ville prospère. En 1963, Liu Yichang signe 酒徒, traduit en L'Ivrogne, qui fait apparaitre pour la première fois le flux de la conscience dans un roman chinois, façon James Joyce dans Ulysse.

 

Dans les années 1970, Yichang s'inspire d'un motif philatélique, le tête-bêche, une erreur d'impression qui fait se côtoyer un timbre à l'endroit et un à l'envers sur une même feuille, pour écrire les histoires de personnages différents, qui se font écho dans un même roman. Il rédige ainsi  — (Tête-bêche) en 1972. Dans les années 2000, le roman connait une seconde vie grâce à l'intérêt que lui porte Wong Kar-wai, qui en tire deux films, In the Mood for Love et 2046.

 

En 1985, Yichang crée le journal Hong Kong Literature, dont il sera le rédacteur en chef jusqu'en 2000.

 

Le secrétaire aux affaires intérieures de Hong Kong, Lau Kong-wah, a salué la carrière de Yichang, assurant que sa disparition « constitue une perte importante pour le monde de la culture. Le professeur Liu, un maître de la littérature chinoise, s'était dévoué à la promotion de cette dernière. Des générations d'écrivains locaux ont bénéficié de son soutien. »

 

Macron sommé d'intervenir auprès de la Chine
pour sauver Liu Xia

 

« Liu Yichang était à la littérature de Hong Kong ce que Franz Kafka était à la littérature autrichienne », a commenté le scénariste et réalisateur Ben Wong King-fai, coproducteur d'un documentaire consacré à l'écrivain.



via SCMP, Post Magazine




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Picquier
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782809708851

Tête-bêche

de Yichang Liu(Auteur) Pascale Wei-Guinot(Traducteur)

L'oeuvre de Liu Yichang a marqué le cinéaste Wong Kar-wai, qui s'en est nourri pour réaliser In the mood for love. " Tête-bêche, dit-il, en français désigne deux timbres reliés entre eux et imprimés en sens inverse l'un de l'autre. Pour moi, c'est aussi l'intersection des temps. " Il est vieux, elle est jeune. Ils parcourent les mêmes lieux sans jamais se rencontrer. Lui est habité par son passé à Shanghai. Elle est une jeune écervelée qui aspire à être regardée, adulée. Hong-Kong est leur miroir. Ce Hong-kong des années

J'achète ce livre grand format à 7.10 €