Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Disparition de Robert Delpire, éditeur spécialisé dans la photographie

Antoine Oury - 26.09.2017

Edition - Les maisons - Robert Delpire - Robert Delpire éditeur - Robert Delpire photographie


L'éditeur, publicitaire, galeriste et directeur du Centre national de la photographie Robert Delpire est mort dans la nuit du 25 au 26 septembre 2017. Le créateur de la fameuse collection Photo Poche, chez Actes Sud, disparaît à l'âge de 91 ans, après avoir révolutionné l'édition d'art et, plus particulièrement, de photographie.




 

Robert Delpire avait signé il y a quelques mois C'est de voir qu'il s'agit, une anthologie de ses propres textes dirigée par Michel Christolhomme : une somme, pour les amateurs, des articles, théoriques d'une part, plus personnels de l'autre, que Delpire avait pu rédiger tout au long de sa carrière. Celle-ci commence en 1950, lorsque Robert Delpire, né en 1926, se lance dans une aventure éditoriale avec le journal Neuf, qui lui permet de publier, entre autres, Doisneau, Breton, Capa ou encore Cartier-Bresson.

 

Fort de cette expérience atypique, Delpire continue à se faire un nom dans le milieu de la photographie et prend la direction artistique de la revue L'Œil, tout juste créée par Georges et Rosamond Bernier. Ce grand amateur d'herbiers se familiarise avec la mise en page, la composition, le design du livre qu'il affectionnait tant. En 1951, il saute le pas et inaugure sa propre maison d'édition.

 

Au fil des années, Delpire Éditeur publie les œuvres de Jacques Henri Lartigue, Yves Klein, Cartier-Bresson, Sarah Moon ou encore Ernest Pignon-Ernest, et s'inscrit dans l'avant-garde en publiant des ouvrages promis à un bel avenir comme Gitans de Josef Koudelka ou Les Américains de Robert Frank. En 2013, la maison d'édition avait été rachetée par Libella.



 

La maison a publié des ouvrages qui ont marqué leur temps : les collections Maestro, Photo Poche (aujourd'hui chez Actes Sud) et Des images et des mots resteront des références pour les amateurs de photographie. Delpire ne s'arrête pas là : son catalogue s'ouvre à l'illustration avec, notamment, les publications de Max et les maximonstres de Maurice Sendak ou Les Larmes de crocodile d’André François. Comme pour la photographie, la collection Poche illustrateur permet de rendre plus accessibles les artistes et leurs œuvres.

 

« Un bon livre ou une bonne exposition doivent situer une œuvre au maximum de ce qu’elle est, ne pas expliquer, rendre limpides les intentions de l’artiste », soulignait Robert Delpire, qui aimait faire intervenir des intellectuels pour écrire des textes parallèles aux photographies, une tâche qu'il a confiée à Yves Bonnefoy, Michel Deguy, Jean-Paul Sartre ou encore Erik Orsenna au fil des années et des publications.