Disparition de Stephen Joyce, gardien des oeuvres de James

Antoine Oury - 11.02.2020

Edition - International - james joyce - stephen joyce - joyce oeuvre


Petit-fils et dernier descendant direct de l'écrivain irlandais James Joyce, Stephen Joyce est mort le 23 janvier dernier à l'âge de 87 ans, a confirmé le président de l'Irlande Michael D. Higgins dans un communiqué. Très hostile vis-à-vis des biographes et des critiques littéraires, Stephen Joyce exerçait une poigne de fer sur l'héritage littéraire de son grand-père.

James Joyce - Dublin, Ireland
Statue de James Joyce, à Dublin (photo d'illustration, Giorgia, CC BY-ND 2.0)


Une bande « de rats et de poux » dont il fallait se débarrasser : ces termes très fleuris qualifiaient parfaitement, aux yeux de Stephen Joyce, les critiques littéraires et autres biographes qui regardaient avec envie les textes inédits de son grand-père, James Joyce.

« Je ne protège pas seulement l'intégrité et la pureté du travail de mon grand-père, je tiens à sauver les quelques pans de la vie privée des Joyce qui subsistent », assurait le petit-fils de l'auteur d'Ulysse et de Gens de Dublin. Si les droits d'auteur et le contrôle sur les oeuvres publiées de l'écrivain lui ont échappé à partir de 2012 avec l'entrée dans le domaine public, les textes inédits et autres correspondances sont restés sous sa surveillance.

S'il n'était pas tendre avec les universitaires et autres chercheurs, ces derniers ne pleureront sans doute pas sa disparition : Stephen Joyce s'était taillé une réputation d'ayant droit particulièrement retors, conduisant de nombreux sujets de recherche dans le mur par son obstination à ne pas collaborer.
 
Selon certains, il « terrorisait » littéralement ceux qui souhaitaient étudier l'oeuvre de son grand-père, en réclamant par exemple des sommes extravagantes pour consulter certains documents. En 1988, Stephen Joyce avait horrifié les spécialistes, rappelle le New York Times, en déclarant tranquillement qu'il avait détruit des lettres de la fille de James Joyce, Lucia, ainsi que celles de Samuel Beckett, secrétaire de son grand-père pendant un temps...

Même le président irlandais Michael D. Higgins, dans son éloge, a évoqué une personnalité « très investie dans ce qu'il considérait comme un devoir », pas toujours accompli « dans des circonstances harmonieuses »...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.