Disparition du délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale

Antoine Oury - 20.12.2019

Edition - Société - langue francaise - délégué interministériel - cohesion sociale


Dans sa lutte contre l'illettrisme, le gouvernement s'était doté, en février 2017, d'un délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale, chargé de conseiller et d'orienter « la définition et [...] la mise en œuvre des politiques favorisant l'accès de tous à la lecture, à l'écriture et à la maîtrise de la langue française ». Le poste et le service sont officiellement supprimés.
 
#français
(photo d'illustration, Celine Nadeau, CC BY-SA 2.0)


Institué par le décret n° 2017-174 du 14 février 2017, le délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale s'inscrivait dans la lutte contre l'illettrisme et les inégalités en matière d'apprentissage et de maitrise de la langue française. Il était chargé de nourrir la politique en la matière, au croisement de plusieurs ministères et de leurs services, à savoir de l'Éducation, de la formation professionnelle, de la Culture, de la politique de la ville et enfin de l'immigration et de l'intégration.

En somme, coordonner l'action des ministères en matière de lutte contre l'illettrisme, pour s'assurer d'une efficacité maximale et de forces toutes ensemble dirigées contre les difficultés vis-à-vis de la lecture, de l'écriture et de la maitrise du français.

Un poste aux intentions plutôt louables, mais qui fut rapidement éclipsé par une fameuse polémique : en effet, le premier titulaire ne fut autre que Thierry Lepaon, syndicaliste et adhérent de la CGT, dont il fut même le secrétaire général entre mars 2013 et janvier 2015. En 2014 et 2015, il avait été au cœur d'une polémique autour du montant des rénovations de son appartement de fonction et de son bureau au siège du syndicat.

Une enquête interne de la CGT balaiera finalement les soupçons qui pesaient sur Lepaon, mais le mal était fait, et, entre-temps, début 2015, il remettait sa démission au syndicat. Quelques mois plus tard, il devenait donc délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale, à la tête d'une équipe de 6 personnes, suggéré par Manuel Valls.
 
La disparition de la délégation ne tombe pas comme une surprise : RTL évoquait déjà sa suppression en février dernier, aujourd'hui officielle. La raison n'étonnera pas non plus, puisqu'on évoque des arguments budgétaires pour motiver le transfert des compétences de cette délégation au ministère du Travail.

Ce dernier a d'ailleurs récemment reçu un rapport, signé par Christian Janin et Yves Hinnekint, pour orienter la future lutte contre l'illettrisme. L'objectif est de faire reculer ce fléau de 20 % d'ici 2023 en utilisant notamment, on s'en doute, le monde du travail pour identifier les potentiels bénéficiaires et organiser les actions nécessaires.


Commentaires
Dommage ! Mais au moins on apprend dans cet article que T. Lepaon était accusé à tort. En français une fausse nouvelle , ou bien un cancan .
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.