Disparition du poète québécois Claude Beausoleil

Camille Cado - 29.07.2020

Edition - Société - claude beausoleil poete - claude beausoleil deces - poete quebec poemes


Considéré comme « l’ambassadeur de la poésie québécoise », Claude Beausoleil est décédé ce 24 juillet 2020, des suites d’un cancer fulgurant, apprend-on. Il avait 71 ans. 
 

La maison d’édition québécoise Les Écrits des Forges a annoncé le décès du poète Claude Beausoleil sur le réseau social Twitter. « Sa poésie demeure avec nous et son absence creuse un abîme dans notre culture » a tenu à souligner Bernard Pozier, directeur littéraire de la maison.
 
 
Né à Montréal en 1948, Claude Beausoleil a étudié la littérature à l’Université du Québec avant d’obtenir son doctorat à l’Université de Sherbrooke grâce à une thèse sur l’identité dans la poésie québécoise. Il se lance dans la poésie en 1972, avec son premier recueil intitulé Intrusion ralentie, paru aux Éditions du Jour.

Depuis, cet auteur prolifique a publié une soixantaine d’ouvrages. Parmi lesquels, Les Marges du désir (Éditions du coin, 1977), Une certaine fin de siècle (Éditions du Noroît, 1982), Grand hôtel des étrangers (Écrits des Forges/Europe Poésie, 1988), Fureur de Mexico (Écrits des Forges/Phi/Perce-Neige, 1992), Lecture des éblouissements (Le Castor Astral/Écrits des Forges, 2004) ou encore La blessure du silence (Écrits des Forges/éditions Caractères, 2009).

Outre ces recueils de poésie, Claude Beausoleil est l’auteur d’anthologies des poésies romande, acadienne, québécoise et mexicaine et de romans, dont Fort Sauvage, publié aux éditions Le Castor Astral en 1996, et Architecte des sentiments, paru également aux éditions Le Castor Astral en 2005.

Le poète québécois a été distingué à plusieurs reprises. En 1980, il est élu lauréat du prix Émile-Nelligan pour Au milieu du corps l’attraction s’insinue, publié aux Éditions du Noroît. En 1991, le deuxième tome d’une anthologie de ses œuvres, intitulé Une certaine fin de siècle, remporte le prix de poésie des prix littéraires du Journal de Montréal.

Il a également été consacré par le prix Alain-Grandbois en 1997 pour Grand hôtel des étrangers (Écrits des Forges/Europe Poésie, 1988). Son recueil intitulé La Blessure du silence, paru aux Écrits des Forges et aux éditions Caractères, est honoré par le Prix Louise-Labé 2009.
 
POESIE : Linton Kwesi Johnson lauréat
du PEN Pinter Prize 2020

 
Plus récemment, il a remporté en 2011 le prix de la SGDL — Prix de Poésie Charles Vildrac pour Black Billie (Éditions Castor Astral). En 2015, il est lauréat du Prix Heredia de l’Académie française pour Mystère Wilde, paru en 2014 aux éditions Écrits des Forges.

Parallèlement à sa carrière dans l’écriture, Beausoleil était professeur au Cégep Édouard-Montpetit de Longueuil depuis 1973 et critique littéraire pour Mainmise (1975-1977), Hobo-Québec (1973-1979), Le Devoir et la revue Spirale. Il a également fondé le magazine littéraire Lèvres urbaines, en 1983. 

Il était aussi membre de l’Académie Mallarmé et faisait partie des Amis d’Oscar Wilde.

Photographie : Claude Beausoleil (Sariokacommons, CC BY-SA 3.0)



Commentaires
Les poètes meurent dans un silence de plus en plus assourdissant.
Le 38e Marché de la Poésie (place St-Sulpice, Paris 6e) rendra hommage à Claude Beausoleil le mercredi 21 octobre à 19h30, sur la scène du Marché.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.