Dita Kraus, la “bibliothécaire d'Auschwitz” qui cacha des livres au péril de sa vie

Antoine Oury - 26.06.2019

Edition - Bibliothèques - Dita Kraus bibliothecaire Auschwitz - Auschwitz bibliothecaire livre - Auschwitz livres


Même lorsque l'horreur atteint son paroxysme, l'humain peut trouver la force de ressentir de la compassion et d'agir pour son prochain : c'est le message que Dita Kraus, la « bibliothécaire d'Auschwitz », souhaite en substance communiquer. Née à Prague en 1929, rescapée du camp de la mort nazi, elle a protégé au péril de sa vie 8 livres, strictement interdits à Auschwitz, en prenant soin de les transmettre aux individus déportés, jeunes ou moins jeunes.

Dita Kraus (capture d'écran YouTube)
 

En grandissant, Dita Kraus découvre avec surprise, au cours de son cursus scolaire, qu'elle est juive : jamais ses parents n'avaient abordé le sujet avec elle. En 1939, l'occupation de Prague, puis l'annexion d'autres territoires par l'armée allemande conduisent Dita Kraus et sa famille au camp de concentration de Theresienstadt : les enfants tentent de poursuivre leur scolarité et leurs activités, et elle-même participe à un opéra amateur et à des cours de peinture.

En décembre 1943, les Kraus sont à nouveau jetés sur la route pour un transfert à Birkenau, au sein du sinistre camp d'Auschwitz. Son père meurt en 1944, dans des conditions effroyables : « Quiconque n'a pas été à Auschwitz ne peut pas le décrire. En fait, aucun mot n'existe pour désigner ces atrocités », explique encore aujourd'hui Dita Kraus, à l'âge de 90 ans.

À la demande de Fredy Hirsch, enseignant et sportif allemand, Dita Kraus l'aide à s'occuper des enfants détenus au sein du camp avec leurs familles : Hirsch mettait un point d'honneur à ce que les plus jeunes puissent conserver un minimum d'hygiène, mais aussi à ce qu'ils aient accès à quelques distractions. Un jour, il confie à Kraus la charge de gérer sa bibliothèque.

Huit livres, en tout et pour tout, mais un véritable trésor au milieu du camp d'Auschwitz, où les livres sont strictement interdits et où en posséder équivaut à se condamner à mort.

Lire des livres a toujours fait partie de ma vie”

Outre les huit livres en sa possession, Dita Kraus organise des rencontres entre les enfants et des « livres vivants », des personnes déportées capables de transmettre leurs savoirs aux plus jeunes, pour poursuivre un semblant de scolarité et offrir un peu de distraction, de temps à autre.

« Lire des livres a toujours fait partie de ma vie et je ne comprends pas comment quelqu'un peut s'en passer. Même si de nombreux livres m'ont influencé tout au long de ma vie, ceux d'Auschwitz n'auraient malheureusement pas pu nous éviter la mort, car nous étions tous condamnés à la chambre à gaz », note encore Dita Kraus, qui se qualifie de très chanceuse auprès de People.
 

Elle verra plusieurs de ses amis et sa mère mourir à Auschwitz, en 1945. Le jour de la libération du camp, elle se souvient qu'il était difficile de se réjouir, « tant nous étions entourés de corps ». Pour que chacun prenne conscience « que c'est ce que l'homme peut faire à son semblable », Kraus raconte son histoire et celle de ceux qui étaient à ses côtés.

L'écrivain espagnol Antonio Iturbe a rencontré Dita Kraus et raconté son histoire dans The Librarian of Auschwitz, publié en avril dernier en version originale par Ebury.




Commentaires
Cette dame devrait être remerciée par les autorités , au moins de sa Région, pour la vie exemplaire qu'elle a vécue.

Merci pour elle.
Cette femme est formidable. J'imagine que quelqu'un fera de cette histoire un film. LEO.
Mesdames, Messieurs les éditrices (eurs) à quand une traduction et édition en français ? Merci par avance.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.