Diversité des livres jeunesses : Malorie Blackman insultée

Antoine Oury - 26.08.2014

Edition - International - Malorie Blackman Sky News - auteure jeunesse - littérature jeunesse racisme


L'auteure jeunesse Malorie Blackman mène depuis quelques mois une campagne pour inciter les éditeurs et auteurs à refléter la diversité dans les livres jeunesse. Une revendication légitime, quand l'ethnocentrisme et une vision unilatérale guident encore une bonne partie de la littérature pour les plus jeunes, mais qui n'a pas bonne presse. La Children's Laureate du Royaume-Uni a essuyé une vague de commentaires racistes après son passage sur Sky News.

 


Malorie Blackman, en 2014

 

 

En mars dernier, l'auteure d'Entre chiens et loups avait apporté son soutien à la campagne Let Books Be Books, qui invitait à une représentation moins stéréotypée au sein des ouvrages destinés à la jeunesse. Cela concernait les représentations ethniques, mais aussi sexuelles, particulièrement promptes à se catégoriser facilement, pour ne perdre ni les lecteurs, ni les acheteurs — autrement dit, les parents.

 

Invitée sur la chaîne britannique Sky News, Malorie Blackman a été interrogée sur ce point de vue portée sur l'industrie du livre : « Il y a un message très fort qui transparaît quand il est impossible de se retrouver dans un livre que l'on a sous les yeux », a-t-elle rappelé, « Cela signifie : “D'accord, tu es bien là, mais est-ce que tu comptes vraiment ?” »

 

Relayant quelques-uns des propos de l'auteure, la chaîne les a faits précéder du titre « Les livres pour enfants “font apparaître trop de Blancs” », ce qui n'a bien sûr pas manqué de lancer la polémique, d'autant plus que les mots entre guillemets ne faisaient pas du tout partie des paroles de Blackman. Le site de Sky News s'est néanmoins retrouvé assailli de commentaires racistes, ainsi que le compte Twitter de l'auteure. 


« L'Enfer gèlera avant que je laisse les racistes et les personnes pleines de haine me réduire au silence. En fait, ils m'ont prouvé que ce combat vaut la peine », a réagi l'auteure après avoir momentanément annoncé son retrait du réseau social. Elle s'est également fendue de plusieurs tweets appelant à la diversité, suivi du hashtag #WeNeedDiverseBooksUK.

 

Ce dernier correspond à une autre campagne, lancée par des auteurs jeunesse, avec en chefs de file Ellen Oh et Chelsea Pitcher : elle fait suite à l'invitation d'un panel d'auteurs jeunesse uniquemement composé d'hommes blancs, lors de la BookCon aux États-Unis, en mai dernier. (via The Guardian)