Docteur Jivago diffusé en URSS par la CIA, avec l'aide du MI6

Julien Helmlinger - 11.06.2014

Edition - International - Docteur Jivago - Guerre froide - CIA


Déclassification de dossier littéraire. Nous apprenions dernièrement que le célèbre roman de Boris Pasternak, Le docteur Jivago publié en 1957, avait été diffusé à des fins de propagande en URSS, par la CIA, alors qu'il se trouvait interdit sur le territoire par les autorités soviétiques. Si l'anecdote est relatée dans le livre The Zhivago Affair publié ce mois-ci par Peter Finn et Petra Couvee, les auteurs y précisent également le rôle qu'auront joué les services secrets britanniques dans cette initiative éditoriale. Ce sont les agents du MI6, qui après avoir pris des photos du manuscrit original de l'écrivain soviétique, les ont transmises à leurs confrères américains.

 

 

 

 

Quand la CIA déclassifie une nouvelle série de dossiers, on y trouve à chaque fois quelques histoires intéressantes. Les auteurs Petra Couvee et Peter Finn sont ainsi tombés sur une note qui expliquait l'opération éditoriale baptisée AEDINOSAUR, menée par les services secrets occidentaux pour semer la zizanie de l'autre côté du rideau de fer à renfort de Boris Pasternak. Car l'oeuvre du Russe, interdite par le régime soviétique, avait toutes les raisons de faire se questionner ses concitoyens et écorner la vision du monde véhiculée par le Kremlin, les Américains ont mis en place un vaste programme de diffusion littéraire en toute discrétion.

 

Mais en amont, était intervenu le MI6. Dès 1957, année de publication du roman, un officier du renseignement britannique demeuré couvert d'anonymat, a photographié le manuscrit original de l'oeuvre de Pasternak. Ce dernier en ayant envoyé des exemplaires à certains contacts d'Europe de l'ouest, avant qu'il ne devienne clair que le gouvernement soviétique allait en refuser la publication sur son territoire. L'on ne sait pas vraiment si l'écrivain avait donné son assentiment pour l'édition qui allait être réalisée par les services secrets, ou si l'agent de Sa Majesté y était allé à la hussarde. La fuite aurait pu provenir de divers personnages, mais cela reste un mystère.

 

Quoi qu'il en soit, le 2 janvier 1958, la CIA fait état dans une note de la transmission à l'Agence d'une copie du manuscrit de 433 pages, en négatifs, via deux rouleaux de films. Le nom du transmetteur n'y est pas révélé, mais une mention précise qu'il faudrait retourner cette matière à l'envoyeur en temps voulu. Le MI6 offrait toute son assistance aux Américains pour diffuser l'oeuvre en URSS, mais aurait fait état de sa crainte de la voir une majorité de livres saisie par la censure locale. Les Britanniques suggéraient en conséquence de le faire entrer par le biais des bagages de voyageurs qui passeraient le rideau de fer.

 

Le reste de l'opération, géré par la CIA sous le nom de code AEDINOSAUR, est décrit dans l'article en lien hypertexte un peu plus haut. Mais il ne constitue pas la seule entreprise de l'Agence américaine sur le terrain de l'édition littéraire. Pendant la Guerre froide, elle a diffusé des livres censurés, mais aussi des pamphlets et périodiques, et autres matériaux à destination des intellectuels basés en URSS comme dans le reste de l'Europe de l'est. 

 

Autant d'opérations visant à « saper subtilement le système soviétique, comme l'expliquait la CIA dans ses notes : « en renforçant les prédispositions à la liberté culturelle et intellectuelle, et l'insatisfaction quant à son absence ». (via TheGuardian)