"Doit-on considérer que l'expérimentation de PNB est aujourd'hui terminée ?"

Antoine Oury - 16.11.2015

Edition - Bibliothèques - PNB bibliothèque prêt - livre numérique ebook - étude chiffres bilan usages


Les Assises du Livre numérique, organisées par le Syndicat National de l'édition, se sont une nouvelle fois intéressées au projet Prêt Numérique en Bibliothèque, PNB. Mais faut-il encore considérer que ce système comme une expérimentation ? Patrick Gambache, responsable du système PNB pour le SNE, s'interroge lui-même : après 14 mois d'opérations, l'heure d'un premier bilan est venue. Le ministère de la Culture a ainsi communiqué quelques chiffres sur l'utilisation de PNB, révélés lors d'une table ronde des Assises du livre numérique.

 

Annie Brigant, Patrick Gambache, Gwladys Ronquant, Philippe Touron

Annie Brigant (bibliothèque municipale de Grenoble), Patrick Gambache (La Martinière, SNE), Gwladys Ronquant et Philippe Touron (librairie Le Divan) (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Aujourd'hui, il y a dans PNB 31 réseaux de bibliothèques raccordés, parmi lesquels un réseau belge et 4 réseaux suisses [...] et 26 libraires qui sont en mesure de fournir cette offre », se félicite Patrick Gambache. L'offre, en détail, se compose de 21.494 fichiers disponibles au 15 septembre 2015, date choisie par le ministère de la Culture pour arrêter son évaluation.

 

Concrètement, le catalogue PNB propose aujourd'hui environ 20.000 titres, répartis entre 15.384 titres en littérature générale, 5389 titres en documentaire/livre pratique, 1864 livres jeunesse et 121 bandes dessinées. Mais, depuis, Numilog, iznéo, Immatériel et FeniXX ont annoncé l'ajout de leurs catalogues à PNB pour la fin du mois de novembre, ce qui porte le total à 60.000 fichiers disponibles.

 

Côté bibliothèques et acquisitions, pour la période de janvier à août 2015, 2776 exemplaires numériques de 1571 titres ont été achetés par les établissements. Sur la même période, 18.711 prêts ont été réalisés sur 1725 titres. « L'offre est déjà intéressante, elle a de l'ampleur, mais ce sont évidemment les mises à jour, la présence des nouveautés qui seront décisives pour les bibliothécaires », souligne Annie Brigant. « Les acquisitions restent modestes, mais les chiffres s'arrêtent en août et ne prennent pas encore en compte la bibliothèque numérique de Paris. »

 

À travers Bibook, le service de prêt numérique des bibliothèques de Grenoble, environ 1200 lecteurs accèdent à des fichiers numériques, avec une croissance de l'ordre d'une cinquantaine de personnes par mois. L'implémentation de la DRM LCP, plus simple d'utilisation que le DRM Adobe, dans le système PNB devrait en tout cas soulager les bibliothécaires d'une partie du service après-vente à assurer auprès des usagers.

 

« Après 14 mois, est-ce qu'aujourd'hui on peut considérer qu'on passe à une nouvelle phase de cette offre ? », interroge Patrick Gambache ? Ceux qui utilisent PNB semblent convaincus par son fonctionnement, mais d'autres comme une partie des bibliothécaires ou certaines organisations d'auteurs, critiquent ouvertement la solution mise en place.

 

Que cela soit clair : PNB n'est pas une « offre officielle » soutenue par le ministère, et, comme le rappelle Annie Brigant, d'autres offres, en streaming par exemple, existent à destination des bibliothèques. « Certains éditeurs ont envie de faire évoluer leur modèle, en faisant évoluer le tarif sur le fond, par exemple, ou en jouant sur le nombre de prêts. Au fur et à mesure de l'utilisation, on va regarder les modèles qui fonctionnent, et les adapter à l'usage », explique Patrick Gambache.

 

Il faudra toutefois prendre garde à ne pas complexifier l'offre, quand les bibliothécaires attendent une certaine standardisation des tarifs, comme le précise Annie Brigant.

 

D'autres éléments seront prochainement améliorés dans PNB, comme la constitution des marchés publics qui rencontre des problèmes et des erreurs sur la plateforme, les faisant parfois sortir du cadre de la loi. Par ailleurs, dans un souci de démocratisation de la lecture numérique, les établissements souhaiteraient la mise en place d'un système pour acquérir des lecteurs ebook à prêter, avec des livres numériques inclus, chargés par leurs soins.