medias

Dominique Baudis, 'un homme respecté et aimé des Français'

Cécile Mazin - 11.04.2014

Edition - Société - Dominique Baudis - défenseur des droits - romancier


Auteur de plusieurs romans, Dominique Baudis est décédé ce 10 avril. Journaliste, homme politique et écrivain, il avait été nommé défenseur des droits le 22 juin 2011. Cet ancien maire de Toulouse luttait contre la maladie depuis plusieurs années, et qui aura fini par l'emporter. Dans son hommage, la ministre de la Culture évoque « un homme respecté et aimé des Français ». 

 

 

Dominique Baudis - Moudenc's rallye, Toulouse town election, 2008 - 1256

Guillaume Paumier, CC BY SA 2.0

 

 

Parmi les ouvrages qui ont marqué sa carrière, Dominique Baudis avait fait paraître Il faut tuer Chateaubriand, en 2003, iun roman retraçant le parcours de l'auteur, et la tentative de meurtre qu'il était intervenue sur le NIl. Ce sont également Les amants de Gibraltar, paru en 2010, dont on se souviendra : 

A l'aube du VIIIe siècle, l'empire byzantin doit affronter la conquête arabe et tenter de résister à l'islam naissant. Comment éviter la prise de Constantinople ? L'empereur Justinien II et son conseiller Angelos imaginent un plan : détourner la poussée des armées arabes vers l'Hispanie ; favoriser leur entrée en Europe par les colonnes d'Hercule, ce détroit qui sépare l'Hispanie du Maghreb. De Damas à Ceuta, de Tanger à Kairouan, Angelos, tout à la fois ambassadeur et espion, empruntant galère et chameaux, manipulant les émirs, mène à sa guise les personnages de cette somptueuse épopée. Mais, plus fort que les intrigues, c'est l'amour entre Florinda la Berbère et Tarak le guerrier qui provoquera l'invasion de l'Espagne. Depuis, le rocher surplombant le détroit porte le nom de son conquérant : Djebel Tarak, la montagne de Tarak. Gibraltar.

 

Aurélie Filippetti a fait parvenir ses condoléances à la famille, accompagnées du message suivant : 

 

C'est avec émotion que je veux saluer tout d'abord le grand journaliste qu'il fut, couvrant dès ses débuts le Liban pendant la guerre civile et plus généralement le Moyen-Orient, et nouant ensuite avec les Français un lien de confiance durable comme présentateur du journal télévisé de TF1 puis de FR3.

Je rends hommage également à son exemplarité dans tous les mandats qu'il a reçus du peuple, comme maire de Toulouse, député à l'Assemblée nationale, député européen, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées.

Toujours désireux de servir son pays, Dominique Baudis, en tant que Président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, fut un régulateur impartial et visionnaire, qui sut moderniser la télévision française en la faisant passer à l'ère numérique avec la TNT,  convainquant les sceptiques et surmontant les obstacles. A la tête ensuite de l'Institut du monde arabe, il continua à défendre son idéal d'échange entre les peuples et les cultures. La belle mission de Défenseur des droits lui était naturel, au service de l'équité et du respect des personnes.

La grandeur d'âme et le courage le caractérisaient, depuis son exposition au danger au Liban au service de la liberté d'informer, jusqu'à sa digne défense face aux calomnies les plus viles, nous ne l'oublierons pas.