Don Quichotte, premier roman 'moderne', fait toujours un tabac

Marie Lebert - 07.11.2013

Edition - International - Don Quijote - manuscrits - éditions


Œuvre assez déjantée à l'époque, le roman de Cervantes serait le plus lu et le plus traduit au monde. Il serait aussi le livre le plus lu après la Bible. Quatre siècles plus tard, le chevalier errant caracolle toujours en tête de liste des best-sellers mondiaux, y compris en version numérique.

 

 

 

 

 

Le titre complet du premier volume est « El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha », œuvre du grand Miguel de Cervantes donc, dont la vie aventureuse n'a rien à envier à celle de son héros.

 

Un premier volume en 1605

 

Petite parenthèse qui réconfortera peut-être les plumitifs que nous sommes, Cervantes n'aura de cesse d'avoir des difficultés à joindre les deux bouts au cours de sa longue existence (1547-1616), même avec la célébrité, preuve que les difficultés économiques liées à la profession ne datent pas d'hier.

 

La première édition du premier volume est donc publiée en 1605 à Madrid par Juan de la Cuesta, suite à l'accord (el privilegio real) signé par Cervantes le 26 septembre 1604. À l'époque, on ne pouvait pas encore balancer son œuvre sur le web du jour en lendemain et acquérir une célébrité immédiate via Facebook et Twitter. Mais, même sans les moyens de diffusion contemporains, l'œuvre de Cervantes cartonne, tout au moins dans le sud de l'Europe.

 

Tant et si bien que l'éditeur et imprimeur Juan de la Cuesta publie rapidement, dès la même année, une deuxième édition du roman, suite à un nouveau privilegio real signé par Cervantes le 9 février 1605, cette fois pour diffusion non plus seulement en Espagne mais aussi au Portugal. En quelques semaines, le succès est fulgurant.

 

Cette deuxième édition du roman correspond à peu de choses près à la première édition, à l'exception des chapitres 23 et 30 devenus nettement plus volumineux avec le récit du vol de l'âne de Sancho Panza, fidèle compagnon du Quichotte (appelé tout simplement el Quijote en espagnol, donc autant faire de même en français), puis le retour du même âne à son heureux propriétaire.

 

Toujours en 1605, deux autres éditions du Quichotte non autorisées (des éditions pirates, donc, n'ayons pas peur des mots) sont publiées à Lisbonne, ville phare du Portugal, et deux autres éditions dûment autorisées sont publiées à Valence, sur la côte est de l'Espagne. On notera en passant que les éditions pirates existent dès le XVIIe siècle et ne sont donc pas l'un des fléaux apportés par l'internet, contrairement à ce qu'on veut souvent nous faire croire.

 

En 1607, le roman est publié à Bruxelles, première étape hors de la péninsule Ibérique, bien avant que cette ville ne soit le siège de la Communauté européenne.

 

En 1608, le roman est de nouveau publié à Madrid par le même Juan de la Cuesta. J'espère que vous me suivez, la vie du livre suivant des méandres aussi sinueux que ceux de son héros, et qui plus est des méandres qui diffèrent énormément selon les sources consultées, la légende venant enjoliver la réalité. Pour une fois, on privilégie ici les sources pré-internet du XXe siècle.

 

Cette troisième édition « officielle » (les deux premières datant de 1605) présente des variantes et corrections attribuées pendant un temps à Cervantes. Mais certains spécialistes pensent que le texte véritablement écrit de la plume de l'auteur est la première édition de 1605, et qu'il n'aurait pas participé aux ajouts et corrections des éditions suivantes, à l'exception du récit du vol de l'âne de Sancho Panza. Qui se serait alors permis de tels ajouts et corrections ? L'éditeur qui, déjà à l'époque, « arrangeait » l'œuvre de l'auteur à sa façon, pour raisons commerciales et autres ?

 

 

Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image

ID Number, CC BY 2.0

 

 

On raconte aussi que, dans sa hâte à republier l'œuvre (ou à la réimprimer, pas de différence sensible à l'époque) pour que les fans de Cervantes n'aillent pas acheter une édition pirate (non, pas sur l'internet, nous sommes toujours au XVIIe siècle), l'éditeur aurait malencontreusement laissé passer quelques fautes d'orthographe immédiatement repérées par les érudits de l'époque, et bien sûr par les critiques littéraires.

 

Un deuxième volume en 1615

 

Suite à quelques autres écrits laissant moins de traces dans le firmament littéraire, Cervantes récidive dix ans plus tard avec un deuxième volume, dénommé cette fois « El ingenioso caballero don Quijote de la Mancha » et publié par le même Juan de la Cuesta en 1615, suite au privilegio real signé en mars et une ultime approbacion signée en novembre (la première ayant été signée dès février), soit cinq mois avant la mort de Cervantes le 22 avril 1616 (la veille de la mort de Shakespeare). À notre époque contemporaine, ce deuxième volume aurait pu être disponible en librairie juste pour les fêtes de fin d'année, pour peu que l'imprimeur ne perde pas de temps et le distributeur non plus.

 

Outre Don Quichotte et Sancho Panza, dont le quotient intellectuel (QI) semble augmenter de chapitre en chapitre au contact de son illustre maître - une réflexion personnelle confortée par les spécialistes du sujet -, 200 personnages foisonnent, avec 150 personnages masculins et 50 personnages féminins. Pas encore de parité donc, mais le pourcentage de femmes reste impressionnant pour l'époque, la plus visible et la plus touchante étant Dulcinée, le grand amour du Quichotte. Précisons que, dans la vie réelle de Cervantes aussi, les femmes qui l'entourent sont loin d'être des potiches sans voix et sans caractère, et que leur vie amoureuse n'est pas encore soumise au puritanisme des siècles suivants.

 

N'oublions pas non plus un autre personnage essentiel, qui est Rossinante, le fidèle cheval du Quichotte, un étalon décharné immortalisé dans nombre d'œuvres d'art en Espagne et ailleurs. Le Quichotte, cherchant un nom pour sa monture, fait ce choix suite à quatre jours d'intense réflexion pour « signifier clairement que sa monture avait été antérieurement une simple rosse, avant de devenir la première de toutes les rosses du monde ».  Pas de modestie excessive donc pour le cheval comme pour le maître.

 

L'œuvre – désormais en deux volumes – poursuit son chemin au fil des siècles vers la gloire planétaire, sans éclipses majeures semble-t-il, contrairement à d'autres chefs-d'œuvre de la littérature mondiale. Elle aurait été publiée une trentaine de fois dans sa langue originale au XVIIe siècle, une quarantaine de fois au XVIIIe siècle, environ deux cents fois au XIXe siècle et au moins trois cents fois au XXe siècle, de manière assez régulière, soit trois fois par an. 

 

Moult traductions

 

Les traductions foisonnent dès le XVIIe siècle en anglais, français, italien, allemand et hollandais, preuve que l'Union européenne existait bien avant le XXe siècle, tout au moins dans le monde littéraire.

 

 

Madrid: Don Quijote et Sancho Panza

fredpanasse, CC BY SA 2.0

 

 

La première traduction des aventures du Quichotte (dont l'édition originale fut publiée en 1605) est en anglais, même si l'anglais n'est pas encore la lingua franca indispensable aux communications mondiales, y compris littéraires. Peut-être est-ce dû à l'influence de Shakespeare, dont ce sont les dernières années sur terre.

 

Le traducteur s'attelant à cette tâche gigantesque est Thomas Shelton, ce sans traitement de texte, sans traduction assistée par ordinateur et sans correcteur d'orthographe. Sa traduction est publiée à Londres en 1612 sous le titre « The history of the valerous and wittie knight-errant don Quixote of the Mancha ». Thomas Shelton traduit ensuite le deuxième volume (dont l'édition originale fut publiée en 1615) dans la foulée, avec publication de la traduction en 1620.

 

Suit une traduction française très attendue dans la Ville Lumière, particulièrement à la Sorbonne et dans les cafés littéraires branchés du Quartier Latin, et partout en France et en Francophonie, très vaste puisque le français est toujours la première langue mondiale et ne s'est pas encore fait doubler par l'anglais. Le premier volume est traduit par César Oudin, et paraît à Paris en 1614 sous le titre de « L'ingénieux don Quixote de la Manche », un titre plus sobre que le titre anglais, une fois n'est pas coutume. Le deuxième volume, traduit cette fois par François de Rosset, paraît en 1618.

 

Vient ensuite une traduction en italien par Lorenzo Franciosini de Castelfiorentino, sous le titre de « L'ingegnoso cittadino don Chisciotte della Mancia », publiée à Venise en 1622. La traduction du deuxième volume est publiée en 1625. On imagine avec émotion l'œuvre de Cervantes voyageant dans l'une des milliers de gondoles circulant dans les rues de Venise pour être livrée à domicile et aux libraires, ou partant à bride abattue conquérir Rome et d'autres villes.

 

Suivent des traductions en allemand et en hollandais, toujours au XVIIe siècle, en danois, en polonais, en portugais et en russe au XVIIIe siècle, et enfin dans pratiquement toutes les langues - aussi bien majeures que minoritaires - aux XIXe et XXe siècles.

 

Certains mettent la barre très haut. Au lieu de lire l'œuvre traduite dans leur langue maternelle, ils décident d'apprendre le castillan – devenu l'espagnol - pour pouvoir lire les aventures de Don Quichotte en version originale.

 

C'est notamment le cas d'Alexandre Pouchkine, selon Wikipédia. Mais Wikipédia ne mentionne pas si Pouchkine a vraiment lu les deux volumes en castillan de bout en bout ou si les services de Google Traduction de l'espagnol vers le russe lui ont manqué pour les passages les plus difficiles à comprendre, qu'il aurait donc zappés pour passer à la page suivante.

 

Pour ceux qui veulent se lancer, signalons la belle édition virtuelle (gratuite, bien sûr) de Don Quichotte sur le site du Centro Virtual Cervantes.

http://cvc.cervantes.es/literatura/clasicos/quijote/