Donald Trump moqué par les éditeurs du monde entier

Antoine Oury - 10.01.2018

Edition - International - Donald Trump éditeurs - Donald Trump édition - Donald Trump censure livre


Passablement agacé par la publication d'un livre très critique sur ses premiers mois à la Maison-Blanche, Donald Trump aurait toutefois mieux fait de passer ses nerfs sur une balle anti-stress. Le courrier envoyé à l'éditeur de Fire and Fury, réclamant l'arrêt de la publication du livre, a conduit à son succès. Et vaut désormais à Trump une réputation de censeur que critique ouvertement l'Union internationale des éditeurs.


Donald Trump
(Gage Skidmore, CC BY-SA 2.0)


 

Quelques heures après la publication des bonnes feuilles du livre Fire and Fury, signé par Michael Wolff, les avocats de Donald Trump avaient dégainé une lettre menaçante, envoyée à l'éditeur. « Mr. Trump vous demande donc de cesser et de renoncer immédiatement toute publication, communication au public ou diffusion du livre, de l'article ou de tout extrait ou résumé, à toute personne ou organisation, et de publier une rétractation complète et totale, accompagnée d'excuses à mon client, signalant que toutes les mentions et propos à son sujet dans le livre et l'article manquent de preuves et ne sont pas fondés. »

 

Comme l'indiquaient les avocats eux-mêmes dans leur courrier, le livre Fire and Fury n'avait même pas été ouvert par le président ou par son équipe juridique. 

 

Le PDG du groupe Macmillan, maison mère de l'éditeur Henry Holt, qui publie Fire and Fury, a répondu au courrier des avocats par l'intermédiaire d'un message envoyé aux employés de Macmillan. « Le président est libre de juger qu'une information est “fake” et de critiquer ouvertement les médias. Cela va contre les conventions habituelles, mais c'est constitutionnel. Mais une demande de cesser et de renoncer à la publication — un effort manifeste du président des États-Unis pour intimider un éditeur en interrompant la publication d'un livre important sur le fonctionnement du gouvernement — est une tentative de réaliser ce qu'on appelle la censure préalable. C'est quelque chose qu'aucun tribunal américain ne validerait, car c'est clairement inconstitutionnel », estime John Sargent.

 

L'éditeur répond à Trump : il faut qu'il “comprenne
et applique la Constitution”


Sans surprise, l'Union internationale des éditeurs (UIE, ou IPA, International Publishers Association, en VO) vient d'apporter son soutien à l'éditeur du livre qui fâche Trump. « L'IPA voit dans la tentative de Trump d'arrêter la publication du livre de Wolff le développement d'une tendance inédite et inquiétante pour les États-Unis, un bastion de longue date de la liberté d'expression », indique l'organisation dans un communiqué.

 

« Bien qu'il soit clair que la Constitution américaine protège Wolff et son éditeur, il est très préoccupant qu'un président américain cherche à s'ingérer dans la publication d'un livre, comme il l'a fait ici », indique l'IPA, en ajoutant qu'une législation protégeant la liberté d'expression est indispensable à toute démocratie qui se respecte.

 

« C'est une triste ironie de voir le soi-disant chef du monde libre essayer de limiter la liberté de publier. Les États-Unis ont toujours été un phare de la liberté d'expression dans le monde et nous soutenons sans équivoque les éditeurs John Sargent et Macmillan dans leur refus de céder à cette pression », a appuyé José Borghino, secrétaire général de l'IPA.


« Sad ! », comme tweeterait Trump...

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.