Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Doodle : Google fait porter son étendard par Olympe de Gouges

Antoine Oury - 07.05.2014

Edition - Société - Google - Doodle - Olympe de Gouges


En début d'année, Google se faisait épingler pour un déficit majeur de femmes dans ses Doodle, ses logos personnalisés affichés pour des anniversaires de personnalités ou des événements spécifiques. Le moteur de recherche continue sur une lancée beaucoup plus féministe en 2014 avec Olympe de Gouges, féministe, révolutionnaire et femme de lettres née il y a 266 ans.

 


 

Pressentie pour entrer au Panthéon, Olympe de Gouges s'est déjà vu gratifiée par un Doodle du plus grand moteur de recherche. Née le 7 mai 1748 à Montauban, guillotinée à Paris en 1793 pour avoir mis en doute l'honnêteté révolutionnaire de Marat et Robespierre, elle reste l'incarnation de l'intégrité politique. 

 

De son vrai nom Marie Olympe Gouze, Olympe de Gouges monte à Paris au début des années 1770 et mène un train de vie bourgeois grâce à son compagnon Jacques Biétrix de Rozières, haut fonctionnaire de la Marine. Celle qui qualifiait le mariage religieux de « tombeau de la confiance et de l'amour » n'acceptera jamais de se remarier (son précédent mari est mort emporté par une crue), notamment pour conserver sa totale liberté de publication.

 

À l'époque, uen femme devait en effet obtenir le consentement de son mari pour publier un ouvrage, et nul doute que ce dernier aurait laissé quelques cheveux blancs à la lecture des pièces signées Olympe de Gouges. La jeune femme se tourne en effet vers le théâtre, et créé sa propre troupe, uniquement composée de femmes. En 1785 est ainsi inscrit au répertoire de la Comédie Française Zamore et Mirza, ou L'heureux naufrage, plus tard publié sous le titre L'esclavage des noirs, ou l'heureux naufrage.

 

Dès 1788, avec Réflexions sur les hommes nègres, elle s'imposait comme l'avant-garde du combat pour l'abolition de l'esclavage, alors que bon nombre de ses camarades considérant encore la pratique comme relevant de l'ordre naturel des choses.

 

Elle fut également le fer de lance des revendications féministes : « La femme a le droit de monter sur l'échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune », écrit-elle dans sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, en 1791. Elle obtient, à la Révolution, le droit au divorce pour les femmes, et réclame la création de maternités.

 

Elle meurt à 45 ans, guillotinée pour ses convictions, et non sans avoir largement fait circuler son dernier texte, Une patriote persécutée, dans lequel elle s'en prend à ceux qui ont déformé les idéaux révolutionnaires.

 

Retrouver Olympe de Gouges sur Chapitre.com