Douglas Preston tire les oreilles de Jeff Bezos : sale gosse !

Nicolas Gary - 03.07.2014

Edition - International - Amazon Hachette - Bezos ebooks - auteurs conflit


Les auteurs ont déjà signifié leur mécontentement dans le conflit qui oppose l'éditeur Hachette Book Group à la firme de Jeff Bezos. Mais cette fois, une lettre ouverte est partie de grands noms de l'édition, pour attaquer directement la gestion des négociations par Amazon. Depuis quelques jours, on sait précisément que c'est bien sur la question des livres numériques que porte le différend. Reste à faire plier l'un ou l'autre.

 

Jeff and the Kindle

Matteo Penzo, CC BY NC ND 2.0

 

 

Douglas Preston est un monstre de ventes, et pour l'heure, il n'a toujours pas communiqué au public la lettre qu'il a fait passer à différents auteurs, voilà maintenant plus d'une semaine. James Patterson et David Morrell ont d'ores et déjà apporté leur soutien - et tous trois sont évidemment publiés par HBG, rappelle le Wall Street Journal

 

Dans le courrier, cité par nos confrères, on accuse Amazon de viser spécifiquement les auteurs Hachette et d'en faire les dommages collatéraux dans le jeu de pouvoir en cours. 

 

Et de répéter les différentes méthodes mises en place par le revendeur pour faire pression sur leur éditeur. « Nous sommes convaincus qu'aucun libraire ne doit bloquer la vente de livres ni empêcher ou décourager les clients de commencer ou recevoir les livres qu'ils veulent », affirme la lettre.

 

Parmi les blocages d'Amazon, l'impossibilité de précommander les livres à sortir, aucune remise et des délais de livraison particulièrement longs. Dans un premier temps, Amazon justifiait cela par des problèmes venant de l'éditeur, qui ne fournissait pas dans les temps les titres.

 

« Nous avons fait gagner des millions de dollars à Amazon et au fil des ans, nous avons contribué tellement, à titre gracieux, à la société, par le biais de coopération à des promotions conjointes, des commentaires et dans nos blogs. Ce n'est pas une manière de traiter un partenaire d'affaires », poursuit le courrier. 

 

De son côté, Russ Grandinetti, vice-président des contenus Amazon Kindle a frappé très fort : la société est disposée à endurer ces atteintes à sa réputation, parce que ce qu'ils font actuellement est « dans l'intérêt à long terme de nos clients ». Et d'ajouter :  « Nous nous battions pour ce que nous pensions être le mieux pour les consommateurs, et la chose est toujours vraie aujourd'hui. »

 

Un porte-parole a rajouté : « Notre objectif durant des années a été de construire une librairie qui profite aux auteurs et aux lecteurs. Nous prenons l'affaire très au sérieux, et regrettons que l'impact d'un contentieux avec les éditeurs affecte les auteurs, même si cela arrive rarement.. »

 

Preston a assuré qu'il présenterait sa lettre prochainement au public, et qu'il avait reçu de nombreux messages de soutien de la part de centaines d'auteurs, y compris certains qui n'étaient pas publiés chez Hachette. Lui-même est victime directe d'Amazon, pour un livre appelé The Lost Island, qui est publié par une filiale de Hachette, à sortir en août prochain.