medias

DRM, éditeurs et bibliothèques : l'équation insurmontable ?

- 11.01.2012

Edition - Bibliothèques - DRM - ebook - Bibliothèques


Les ventes records de lecteurs de livres numériques, enregistrées lors des fêtes prouvent qu'il y a urgence, urgence à se mettre enfin d'accord entre bibliothèques et éditeurs concernant les politiques autour de l'ebook et des DRM.

 

Le parcours classique d'un livre en bibliothèque est celui-ci : une durée de vie justement pas classique car passer de mains en mains laisse des traces, ce livre qui arrive en fin de course est remplacé. Une aubaine pour les éditeurs (de nouvelles ventes) encore plus s'il s'agit d'un bestseller aux multiples copies.

 

A l'âge d'or des bibliothèques, lorsque les budgets le permettaient encore, ces achats n'avaient rien de périlleux. Aujourd'hui c'est plus délicat, notamment pour la question des ebooks.

 

Ma cassette, on a volé ma cassette

 

Aux Etats-Unis, pour ce qui est du livre numérique, les éditeurs imposent leurs règles et celles-ci sont très strictes. Par le biais des DRM, les bibliothèques - quand elles le peuvent - sont tenues d'acheter plusieurs copies d'un ebook pour qu'il soit emprunté par plusieurs abonnés et le remplacer après plusieurs utilisations. Autant dire un gouffre financier.

 

HarperCollins imposait de restreindre le nombre de consultations d'un ebook à 26. Après quoi, la bibliothèque serait dans l'obligation de le racheter. Un non-sens : la maison d'édition attribue une durée de vie à un bien qui n'en a précisément pas.

 

Une étude récente vient de démontrer la nécessité de se pencher sérieusement sur la question. Les ventes dopées des lecteurs de livres numériques lors des fêtes n'ont échappé à personne (ou presque).

 

Qui dit lecteurs, dit besoin en livres numériques, de façon logique ceux qui sont inscrits en bibliothèques se tournent vers elles pour emprunter et là ces établissements doivent réagir en conséquence. Aux Etats-Unis, avant Noël, 1.500 emprunts en moyenne étaient effectués, après les fêtes, la moyenne est passée à 2.500 emprunts...

 

Satisfy my soul

 

Les bibliothèques américaines semblent avoir pris la température. Ces derniers temps, on a observé plusieurs initiatives pour faire face à la demande croissante en livre numérique. (Voir notre actualitté).

 

Car la demande émane de toutes les catégories d'âges, comme l'a constaté Andrea Legg, manager du service technique de la bibliothèque du comté de Tuscarawas aux Etats-Unis. « Nous sommes heureux de constater que la popularité des ereaders touche toutes les générations. Il n'y pas de lecteur de livres numériques type ».

 

Pas de lecteur type signifie un énorme potentiel que les bibliothèques et les maisons d'édition ne peuvent ignorer. Un accord viable et pertinent semble plus que jamais nécessaire entre ces deux grands acteurs s'ils veulent garder ces nouveaux lecteurs.