DRM : une grande partie des éditeurs s'y opposent

Clément Solym - 17.02.2011

Edition - Justice - drm - numérique - verrous


Pour la protection des oeuvres numériques, les éditeurs français sont censés consentir à l’application de DRM (verrous sur les fichiers numériques) mis en place par Adobe.

Toutefois, pas moins de 100 éditeurs français et francophones s’opposent totalement ou en partie à cette solution.

Ils préfèrent se tourner, soit vers une solution de marquage non intrusive (l’utilisation de watermark, ou « tatouage numérique »), soit vers la suppression complète des DRM.


Des maisons comme Publie.net, Eyrolles ou la Découverte font partie de la liste des volontaires.

La plupart favorisent tout de même les titres marqués, avec près de 13655 ventes totales sous watermark contre 7823 sans DRM. Le cumul de ces ventes monte à près de 21478 titres et correspond à une petite moitié de l’offre française actuelle : un chiffre très considérable.

Aldus invite donc les éditeurs à rejoindre le combat pour aller vers une confiance renouvelée entre les éditeurs et les lecteurs.