Droit de retrait des professeurs en soutien à une collègue blessée

Clément Solym - 21.05.2009

Edition - Société - droit - retrait - professeurs


Nouvel acte de violence dans un établissement, situé dans la ville de Vigneux-sur-Seine, au collège Paul-Eluard, qui a conduit les enseignants à user de leur droit de retrait. Pour la troisième fois depuis le début du mois, le corps professoral dénonce ainsi les multiples actes qui ont eu lieu dans le collège.

Dernier épisode, vendredi de la semaine passée : un groupe d'élèves se présente en retard pour un cours et la professeure refuse de les laisser entrer, conformément au règlement. Une altercation survient et l'enseignante s'en sort avec une entorse au poignet après s'être opposée physiquement aux collégiens qui tentaient un passage en force.

Christian Wassenberg, l'inspecteur d'Académie de Versailles, qui confirme les faits, rapportés dans l'édition Essonne du Parisien, précise que suite « à des incidents d'origines diverses, nous avons demandé au centre académique d'aide aux études et aux établissements d'établir un diagnostic ». Celui-ci portera sur les systèmes à mettre en place afin que soit rassurée la communauté éducative.

Mardi, date du communiqué des enseignants qui ont saisi leur droit de retrait, ils attestaient de la « montée d'un cran avec une augmentation du nombre des agressions physiques et verbales ».

Conformément au Code du travail : « Le salarié confronté à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, a le droit d’arrêter son travail et, si nécessaire, de quitter les lieux pour se mettre en sécurité. L’employeur ou les représentants du personnel doivent en être informés. Ce droit de retrait est un droit protégé. La décision du salarié ne doit cependant pas créer pour d’autres personnes une nouvelle situation de danger grave et imminent. »